A la découverte de Paul Bonnefond

 – A la découverte de… –

 

Paul Bonnefond

 

 

 

 

Paul Bonnefond arrive à Vannes pour apporter son expérience de joueur de TOP 14.

 

Ce trois quart centre est né le 13 Septembre 1988. Il a débuté le rugby à Orléans puis il est parti au centre de formation de Castres.

 

Deux fois Champion de France Reichel, Paul a été champion de TOP 14 en 2013, puis a connu deux montées avec le LOU.

 

Il a fait partie ensuite de l’équipe de France à 7, et pourrait représenter le RC Vannes aux jeux olympiques de Tokyo si la France s’y qualifie.

 

Gerard Fraser, Entraîneur des lignes arrières :
  » Paul est un joueur qui a l’expérience du haut-niveau. Il a connu la montée avec le LOU en Top14.
Il joue en équipe de France de rugby à 7 depuis 3 saisons.
Il était d’ailleurs vice-capitaine de la sélection ! « 

Interview

1/ Paul, tu es natif d’Orléans, et c’est ta maman qui t’a mis tout jeune au Rugby, parle-nous de tes débuts rugbystiques ?
J’ai commencé le rugby à l’âge de 6 ans à Orléans. A cet âge là, on fait plus des jeux que du rugby et l’important c’est de se défouler et passer de bons moments avec les copains.

2/ A 17 ans, tu étais sur le point de débuter en Fédérale 1 avec Orléans et tu es parti finalement à Castres pour jouer en Crabos, comment s’est passé ton arrivée au centre de formation et quelles ont été les difficultés rencontrées notamment par l’éloignement de ta famille?
Mon arrivée au centre de formation s’est bien passée, il y avait une bonne bande de copains qui m’ont très bien intégré. Et c’est sûr qu’à 17 ans, partir habiter à 6 heures de route de sa famille, ça n’a pas toujours été simple, mais ça fait partie des sacrifices qu’il faut faire si on veut essayer de réussir dans le rugby.

3/ Tu as été Champion de France Reichel avec Castres, quels étaient tes coéquipiers que tu as retrouvés ensuite au haut niveau et quelles ont été tes émotions de brandir le bouclier à deux reprises ?
J’ai eu la chance d’être champion de France Reichel à deux reprises avec Castres, c’est toujours des moments particuliers de gagner un titre, beaucoup de bonheur, beaucoup de fierté et surtout beaucoup de plaisir.
Pierre Roussel, Marc Antoine Rallier, Romain Boscus, Joffrey Michel, Adrien Foucras, Yoann Raysac, Guenael Henry font partie des coéquipiers avec qui j’ai joué en Top14 ou en Prod2.

4/ Tu as connu des entraîneurs comme Hugo Mola, Alain Gaillard, Laurent Labit, sur quoi as-tu progressé le plus sur leurs conseils ?
C’est difficile de dire sur quel aspect chaque entraîneur m’a fait le plus progresser, mais globalement chacun de ses entraîneurs m’a appris à travailler dur, et à être le plus professionnel possible afin de ne pas avoir de regret.

5/ Tu étais chapeauté par des anciens comme Romain Teulet et Capo Ortega, qu’as-tu le plus appris d’eux et quels étaient leurs messages ?
J’ai appris à leur contact beaucoup de choses, mais une chose qui m’a marqué, c’est qu’il est important de prendre du plaisir dans tout ce qu’on fait, car on a la chance d’être professionnel et de vivre de notre passion, et que ça ne dure qu’un temps!

6/ Après tes titres en Reichel, tu as connu la victoire en TOP 14 en 2013, quels ont été les grands moments de ce titre après avoir surtout triomphé de l’ASM en demie et du grand Toulon et ses stars en finale ?
Le retour sur Castres après la finale et la passion de la ville qui attendait ça depuis 20 ans !

Paul avec le CO Castres Crédit Photo Archive Paul Bonnefond

 

7/ Après, tu as connu la progression du LOU avec deux montées et une descente, quelle était la grosse différence entre ces deux clubs, le CO et le LOU ?
Le CO est un club historique du Top 14 ancré depuis de nombreuses années au plus haut niveau, le LOU à mon arrivée, était un club en plein essor qui avait du mal à se stabiliser en Top14.

 

8/ Ensuite France 7, les tournées à travers le monde, comment t’es tu habitué au 7 et quelles sont les plus grandes difficultés d’adaptation ?
Pour s’habituer au 7, il faut déjà une transformation physique, j’ai perdu 6 kg j’ai du m’affûter afin d’ être capable de répéter les efforts intenses que le 7 exige.
Peut-être la plus grande difficulté d’adaptation, c’est l’enchaînement des matchs lors des tournois. La plupart du temps, les tournois se déroulent sur deux jours, on fait trois matchs de poules le samedi et trois de classement le dimanche. La gestion de la récupération et des petits bobos entre les matchs est essentielle, et c’est vraiment ce qui diffèrent du 15. Au 15, tu fais un match tu vas à la douche et tu rentres chez toi, à 7 tu fais un match tu vas à la douche et tu recommences dans 2h30/3h00…

Paul avec France 7 Crédit Photo Archive Paul Bonnefond

 

9/ Te voila de retour au XV au RCV, quelles ont été les raisons de ta venue à Vannes et de retrouver un club plutôt qu’une sélection ?
La vie de club et de famille me manquaient, retrouver un rythme de vie plus normal et être présent au quotidien pour ma femme et mes deux petits garçons était important pour moi.(les tournées à 7 durent en moyenne 25 jours…)
Le projet de Vannes m’a séduit par sa solidité, son ambition, et ce côté club/famille qui m’est cher.

10/ Que penses-tu du RCV et de son coté très familial ?
Je suis très content de faire partie de cette famille du RCV, tout le monde est gentil et agréable. L’ambiance est studieuse mais toujours bonne et j’ai été très bien accueilli. Je suis vraiment heureux d’avoir rejoint le RCV.

11/ Tes impressions sur les deux rencontres amicales et sur la préparation?
Nous sommes montés en puissance lors de cette préparation, avec à la clé, un deuxième match amical plutôt abouti. Physiquement et rugbystiquement, nous sommes de mieux en mieux. Maintenant il faudra mettre tous les bons ingrédients dès vendredi à Carcassonne pour bien commencer la saison.

12/ Comment se passe ton installation à Vannes avec ta femme et tes deux petits garçons, et comment trouves-tu la Bretagnev?
Notre installation à Vannes s’est très bien passée le retour à une vie de famille normale, aussi, ça peut paraître bête quand on n’a pas connu une saison à 7, mais rentrer dormir chaque soir à la maison, c’est un vrai plaisir. Enfin la Bretagne est une belle région remplie d’histoires et de traditions que je découvre lors des journées off. C’est une région où nous nous plaisons déjà beaucoup!

13/ Suite à ta blessure contre Rouen, seras-tu du déplacement à Carcassonne?
Malheureusement, l’élongation que je me suis faite contre Rouen ne me permet pas de postuler contre Carcassonne ce week-end, j’espère être rétabli pour le match de la semaine prochaine contre Biarritz. On fera une échographie de contrôle lundi pour être fixé.

 

Merci Paul, on te souhaite une superbe saison au RCV, et bien sûr d’aller aux JO

 

A bientôt

 

L’équipe Communication