La chronique de Jackie 28eme journée

Un match pour respecter le contrat

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les conditions n’étaient pas idéales pour préparer ce match (reporté à 3 reprises !) entre les blessés, les joueurs « contaminés » et l’enchaînement des rencontres. À noter que Grenoble est dans le même cas de figure, voire pire puisqu’ils enchaîneront sans repos, leur match de barrage.
Lorsque Jean-Noël Spitzer affirmait que la qualification précoce pour les demi-finales était importante au cas où…, il ne croyait pas si bien dire !
Le staff annonce désormais être bien plus dans la gestion que dans la préparation de cette fameuse échéance.

Crédit photo : DK Prod / Rugby Club Vannes

Il ne manquait plus qu’une météo très perturbée pour compléter le tableau.
Pour autant, Vannes entend bien ne pas faire de la figuration et réalise une très bonne entame de match, à l’image de cette percée de Matthys Gratien qui a bien failli marquer (12′).
Mais c’est Grenoble qui ouvre le score (3 – 0, 18′) suite à un hors-jeu breton. Idem 3 minutes plus tard, pour Vannes, cette fois (3 – 3, 21′)
Le ballon transformé en savonnette ne favorise pas le jeu de passes. Quelles belles actions avortent, finalement, les deux équipes s’en remettent au pied de leur butteur lorsque l’occasion se présente: 6 – 3, 37′, puis 6 – 6, 39′.

Ce score de parité, 6 – 6, à la mi-temps reflète bien la physionomie du match. Notre mêlée a globalement tenu, notre touche est performante. Dans la mesure où il n’y a plus d’enjeu, un match nul nous conviendrait parfaitement. Mieux, nous passerions enfin ce cap des 99 points !

Seulement, à ce niveau, la moindre faute peut se payer cash : un ballon perdu dans notre camp suffit à Grenoble pour inscrire le seul essai de la soirée (13 – 6, 54′).
Si l’on a le sentiment que l’objectif principal est d’éviter les blessures, nos joueurs sont investis, Grégoire Bazin, entre autres, est très en vue ce soir, avec cette touche grenobloise volée (61′) et son essai (66′).
Seulement, cette belle relance vannetaise est entachée d’un en-avant de passe entre Rodrigo Bruni et Branden Holder auparavant.

Jusqu’à la sirène, nos joueurs vont provoquer des situations d’attaque, mais sans jamais concrétiser.
Score final : 13 – 6

Une seconde défaite au compteur, mais sans démériter car malgré des conditions difficiles, nos joueurs ont proposé du jeu. Mais le plus important, peut-être, est d’avoir évité les blessures !
Il faut dès, à présent, se tourner vers le choc de haut de tableau dès ce vendredi 14 mai à Perpignan.
On attend avec impatience, le choix du staff, mais il sera encore, sans doute, dans la gestion de l’effectif.