Faites connaissance avec nos recrues, aujourd’hui Wandrille Picault

A 22 ans, Wandrille Picault rejoint sa Bretagne natale, lui qui porte un « casque très breton ».

Parti jeune en Catalogne, il nous revient avec un titre de Champion de France Espoir avec l’USAP, en tant que capitaine.

Interview….

1/ Raconte nous comment en es tu venu à jouer au rugby et à quel âge as tu commencé et dans quel club?

J’ai commencé en baby j’ai joué une ou deux saisons à Lorient après j’ai arrêté pour continuer la natation et le surf. J’ai repris à 12 ans à Saint Renan pendant 1 an et demi puis à Brest pendant 4 saisons. J’ai ensuite déménagé dans le sud du côté de Perpignan ou j’ai poursuivi à la Salanque Côte Radieuse en junior pendant un an puis l’USAP pendant 4 saisons

2/ Quels sont les éducateurs qui t’ont mis le pied à l’étrier, et quand as tu pensé que tu pourrais faire une carrière dans le rugby Pro ?
J’en ai plusieurs à citer je pense notamment à Didier Beck et à Kévin Moullec lorsque j’étais à Brest au Pôle du Lycée de Kerichen.
Ensuite quand je suis arrivé dans le sud j’ai été fortement marqué par Sébastien Desriaux un mec qui incarne le rugby de village comme personne et qui donne tout pour le rugby. Ses discours d’avant match donnent des frissons.
Pour finir, à l’USAP j’ai beaucoup appris avec Matthieu Julia, un bourreau de travail et un passionné de rugby qui ne voulait que notre réussite. La saison passée il m’a accordé beaucoup de confiance en me propulsant comme capitaine des espoirs.

3/ A Perpignan, tu as été capitaine des espoirs et tu a brandi le bouclier du titre de Champion de France, parle nous de ton rôle de capitaine et de la manière dont tu motivais tes coéquipiers?
Je ne suis pas quelqu’un d’extraverti dans une équipe je suis plutôt discret, parler devant les autres etc ce n’était pas du tout ma tasse de thé. J’ai appris à le faire tout au long de cette saison, c’est une responsabilité que j’ai pris très à cœur. Je laissais souvent les autres leaders prendre la parole mais je me réservais les derniers instants dans les vestiaires. J’ai essayé d’être un capitaine d’exemple plus que de parole.

4/ Qu’as tu ressenti au moment de la réception du bouclier?
Une immense fierté, on est une équipe qui s’est construit sur 3 ans en jouant le maintien en poule élite la première saison pour finir Champion de France 2 ans plus tard je pense que le parcours de l’équipe parle de lui-même. Quand on a soulevé le bouclier j’ai réalisé tout ce que l’on avait fait c’était magnifique. Quand j’ai vu des gens pleurer de joie et de fierté parce qu’on était Champions j’ai pris conscience que c’était beau ce que l’on avait fait.

 

5/ Né en Bretagne, tu portes un casque très Breton, peux tu nous dire pourquoi?

Effectivement je porte un casque aux couleurs du Gwenn ha du. J’ai grandi en Bretagne, j’ai passé mes vacances étant petit sur l’île de Groix chez ma grand-mère. C’est une région fière de son héritage culturel, de ses paysages et de son identité. C’est quelques chose qui compte beaucoup pour moi j’ai voulu le mettre en exergue par ce casque breton. Et venir jouer à vannes, ca représente beaucoup pour moi, cette équipe représente toute la région bretonne et c’est beau.

6/ Tu joues 3eme ligne, qu’est ce qui te plait dans ce poste, et dans quels domaines veux tu progresser?

C’est un poste qui permet de faire beaucoup de tâches différentes sur un terrain, porter des ballons, contester les rucks, plaquer bref c’est très complet. C’est un poste qui peut inclure beaucoup de profils de joueurs différents.
J’ai longtemps été mal à l’aise en touche, j’ai mis l’accent sur ce domaine depuis deux saisons et j’ai bien l’intention de de redoubler encore d’efforts dans les mois qui viennent.

7/Quel joueur est ton modèle à ce poste?

David Pocock
J’ai un autre modèle mais pas dans le rugby , c’est ma petite sœur Solweig, pensionnaire du pole France natation de Font Romeu. Elle a fini vice-championne de France du 200 mètres papillon au derniers championnats de France . Elle s’est qualifiée pour les championnats d’Europe junior et les championnats du monde juniors également. C’est elle ma source de motivation, quand je vois la dureté de ses entraînements, son investissement quotidien cela me fait relativiser quand les semaines d’entraînement sont dures.

8/ Qu’avais tu pensé du match du RCV à Perpignan?

C’était un match plein de panache a l’image de l’équipe, ils avaient posé énormément de problèmes à L’USAP, il me semble qu’il s’en était fallu d’un rebond capricieux pour que la victoire leur échappe.

9/ A Vannes, tu vas découvrir la Pro D2 que tu a déjà côtoyé lors d’un match Montauban-Perpignan, quels sont tes objectifs pour la saison?
Je n’ai effectivement joué qu’un seul match de prod2 la saison passée, c’est une frustration de n’avoir pas pu plus croqué. Cette frustration doit me servir pour attaquer cette nouvelle saison. Je suis venu à Vannes pour intégrer le groupe pro le plus souvent possible, être dans la rotation. A moi désormais de prouver aux coachs que je suis à la hauteur de mes ambitions.

10/ Comment se passe ton intégration dans le groupe?
Ca se passe vraiment super bien j’ai découvert un groupe très sympa tout les gars sont gentils. C’est très familial.

Bonne Chance à toi Wandrille, pour une belle saison au RCV