Vakhtang Maisuradze, le Géorgien de l’ouest

La Géorgie est un pays bien ancré à l’Est, pourtant, on pourrait dire de Vakhtang Masuiradze, nouvelle recrue du RCV, qu’il est un Géorgien de l’Ouest.
Après Saint-Nazaire il y a 6 ans, Vannes aujourd’hui.
Vakhtang est habité par deux personnalités.
Celle d’un homme calme et d’une gentillesse hors norme dans le civil, avec une voix douce qui fait complètement oublier le combattant qu’il est dès qu’il enfile son maillot de deuxième ligne.
Arrivé à Saint-Nazaire en 2010 à l’age de 23 ans, celui que tout le monde appelle Varo fit tout de suite l’unanimité sur et en dehors du terrain où personne ne l’a oublié la-bas.
Il eut l’occasion de croiser le fer avec le RC Vannes à deux reprises, dont une partie homérique sous la neige du Pré-Hembert.
« Je me souviens encore de cette rencontre sous la neige, on avait gagné après un sacré combat » se rappelle Varo.

VaroVannes
Né en 1987, il vint au Rugby parce-que ses copains y jouaient.
« J’avais 12 ans, ils m’ont amené, j’ai aimé, puis eux ont arrêté mais moi j’ai continué.
Faut dire que j’étais toujours un peu plus grand que les gars de mon age. » signale celui qui mesure aujourd’hui 1m95 pour 112 Kg.
C’est aux Lelo de Tbilissi qu’il fit son apprentissage avant d’arriver en France à 22 ans en 2008.
« C’est Michel Ringeval qui m’a fait venir à Chambéry, puis après une année la-bas, j’ai atterri à Saint-Nazaire. »
Le temps de marquer les esprits, pas que ça d’ailleurs, un peu les adversaires aussi, l’année où on était passé à des poules de douze.
Tant et si bien qu’il fut remarqué par le sélectionneur Géorgien qui l’amena  à la Coupe du Monde en Nouvelle Zélande en 2011 où il réalisa de superbes performances, encadrés par Zarakashvili et Gorgodze, que du beau monde.

VaroGeorgie
« Passer de la Fédérale 1 à des rencontres internationales n’est pas si difficile que ça, en Rugby, il faut du cœur et donner tout pour son pays.« 

Varo contre l'Angleterre (CM2011)

Varo contre l’Angleterre (CM2011)

Il joua dans une poule très difficile avec l’Angleterre, l’Argentine l’Écosse et la Roumanie et réalisa de superbes prestations.
Et la Géorgie fut une des révélations de cette Coupe du Monde.
« Gorgodze était un formidable leader, un gars qu’on avait envie de suivre.« 

VaroRoumanie
Après Saint-Nazaire, ce fut La Seyne, puis la découverte de la PRO D2 à Albi à la demande d’Henry Broncan.
Il y joua quatre années.
Malheureusement, Varo ne put disputer la Coupe du Monde 2015 en Angleterre.
Il avait commencé le stage à Tbilissi en juin 2015, mais il se fit  une déchirure aux ischios lors de la troisième semaine.
Il dut malheureusement renoncer et  dut rentrer à Albi.
Ce fut très difficile pour lui,surtout qu’il s’était préparé longtemps avant.
Vakhtang a passé quatre ans à Albi avant de signer à Vannes.
« Quatre entraîneurs en quatre ans à Albi, j’avais besoin de stabilité et surtout trouver un environnement de qualité avec un esprit de famille.
C’est ce que j’ai trouvé à Vannes, où le staff est très attentif à notre situation, à l’écoute, avec un niveau très professionnel.
C’est le club qu’il me fallait, on y trouve de la simplicité, mais aussi beaucoup de rigueur.
C’est pour moi une deuxième famille »
Dès qu’il aura trouvé un appartement, Varo ira chercher sa femme Nino et le petit Gabriel qui a treize mois pour devenir un vrai Breton.
Varo, l’homme de l’Ouest, on sait qu’on pourra compter sur lui