Un phare s’est éteint_Alain Berthe

 

Un phare s’est éteint

 

Alain Berthe

 

crédit photo : Michel Renac

 

C’est avec une grande tristesse que le Rugby Club Vannetais a appris le décès de Alain Berthe, ancien Président de l’association du Rugby Club Vannetais.

Il a consacré une partie de sa vie au rugby : ancien membre de diverses instances fédérales et régionales et membre actif du RCV.

 

Le RCV perd un joueur, un président, un éducateur. Imaginez plus de cinquante licences, quelle loyauté ! Mais surtout le RCV perd un immense serviteur qui aura incarné, permis et donné du sens à notre formidable aventure. Alain était incontournable au club.

Alain le joueur, évoluait à une période où le rugby était anecdotique en Bretagne. Il aimait dire avec l’humour qui le caractérisait que le poste d’arrière où il jouait était la meilleure place pour regarder un match sans payer.

Alain le dirigeant mais surtout le président, a été un moteur essentiel dans ces années fantastiques où le club a franchi les divisions fédérales les unes après les autres. Il a surtout tenu la présidence à certains moments où personne ne voulait accepter de telles responsabilités. Cette loyauté indéfectible et ce sens des responsabilités inspirent les dirigeants aujourd’hui. Il a incarné auprès de la France du rugby, enfermée dans ses certitudes qu’un rugby au NORD était possible. Il aimait provoquer avec élégance et toujours le bon mot, disant qu’un jour aussi nous serions au plus haut niveau. Il avait raison. Il était fier de la ferveur forte et sans complexe du club.

Mais surtout Alain l’éducateur, qui chaque mercredi accueillait les enfants et leur famille à l’école de rugby. L’accueil, la convivialité, la formation mais surtout la transmission étaient essentiels pour lui. L’expression « valeurs du rugby », parfois galvaudée, prenait tout son sens dans les paroles et actes d’Alain.

Nous pensons à sa femme Anne, ses enfants, ses petits-enfants, à son frère Pascal, toujours très impliqué au club. Le RCV a certainement compté dans leur vie. Qu’ils sachent que nous sommes fiers de l’héritage d’Alain. Il aimait écrire alors nous allons continuer fièrement son aventure, notre aventure. Chaque membre du RCV a un immense respect pour toi Alain. Nous savons ce que nous te devons et par-dessus tout l’amour d’un maillot, d’un club.

 

Son engagement dans le plaisir du partage avec les joueurs, éducateurs, entraîneurs et dirigeants de l’association restera un exemple pour nous tous.

 

Alain s’était livré sur son amour du club et sa passion du rugby :

 

 

L’ensemble du club adresse ses plus sincères condoléances à la famille et à ses proches.

 

La cérémonie des obsèques aura lieu ce lundi 22 juillet à 10H30 à Arradon.

 

 

Plusieurs personnalités du groupe pro ont eu une pensée pour lui :

 

Jean-Noël Spitzer :

« C’est une sale journée, un vide immense. Je n’imaginais pas, un jour, être triste en pensant à Alain, tant sa joie de vivre et sa chaleur humaine vous souriaient. Il se rêvait probablement de l’être, mais c’est la réalité qui est implacable. Il ne sera plus là.
Mes prières vont vers Anne, ses enfants et petits enfants.»

 

Gwenaël Duplenne :

« Notre première rencontre avec Alain… Cela devait être un mercredi après-midi il y a plus de 13 ans. Il avait un oeil attentif, comme un père attentif à ces garçons qui jouaient avec le ballon. Toujours présent pour former et inculquer les règles du rugby. Adolescent, il était là, pour l’apprentissage de la 3ème mi-temps et aujourd’hui la chanson « mon p’tit garçon » n’aura pas la même sonorité… Le jour de la montée, c’était quelque part sa récompense. La récompense de 19 ans de présidence, de 50 ans d’amour du RCV. Son dernier match, c’était à Brive. Il était là, présent, encore plus dans la défaite. Alain vivait rugby, on pouvait le retrouver au café de la poissonnerie le samedi matin pour débriefer le match de la veille. Hier, chacun à notre niveau, nous perdons une figure et le plus grand amoureux du Rugby Club de Vannes. J’ai une pensée pour son épouse, ses enfants, ses petits-enfants et pour son frère, neveux et nièces. Kenavo Dit Alain, continue de porter fièrement nos couleurs là où tu es car ils ne connaissent pas forcément le RCV.»

 

Clément Payen :

« C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris hier matin la nouvelle que nous redoutions tous.
Alain nous a quitté et laisse déjà un vide immense. Il était parmi nous à Brive le 19 mai dernier, pour voir Son club jouer des Phases Finales de PRO D2! Je sais qu’il a profité de ces moments et j’en suis heureux…
Je garderai le souvenir, entre autres, de l’homme passionné. Qu’il attende les joueurs de l’équipe professionnelle à la sortie du terrain pour les féliciter ou qu’il serve le goûter aux enfants de l’école de rugby, Alain avait les yeux qui brillent. Je souhaite à tous de garder cette lumière jusqu’aux dernières heures de nos vies. Repose en paix Alain, tu l’as bien mérité.»

 

Kévin Burgaud :

« C’est une grande tristesse d’apprendre qu’Alain nous a quitté. Il restera à jamais gravé dans l’histoire du club. Pour ma part, cela a été mon premier Président au sein du RCV et je garderai en mémoire : ses anecdotes sur le rugby breton, la distribution d’huîtres dans le vestiaire, ses nombreuses chansons au club house et sa bonne humeur. Nous sommes de tout coeur avec sa famille. Nous partageons leur chagrin en ce moment difficile.»

 

 

Nous penserons toujours à toi ..

 

L’équipe communication