Un match de rugby dure plus de 60 minutes…, la chronique de Jackie

Colomiers –Vannes 06/10/17.
Un match de rugby dure plus de 60 minutes…

Hélas, car c’est à l’heure de jeu, que nos joueurs ont laissé Colomiers revenir dans le match.

Chris Hilsenbeck, l’enfant du pays Photo Michel Renac

En déplacement chez le second de pro D2, les Vannetais savaient qu’ils seraient confrontés à une belle équipe, jouant de surcroît à la maison. Mais nous n’avons pas à avoir de complexe et toute rencontre peut réserver son lot de surprises.
La 1ère mi-temps en sera un bel exemple.
Les Columérins peinent à trouver leurs marques, Vannes n’arrive pas à développer son jeu : le compteur évolue au rythme des pénalités (0-3, 3-3, 6-3) jusqu’à la 30ème minute où sur une percée de K. Burgaud, C. Payen récupère le ballon, transmet à W. Picault qui file à dame !
1er essai de la soirée et c’est Vannes qui l’inscrit ! (6-10, 31′)
On se prend à rêver d’un exploit… mais si l’on sait, que rien n’est encore joué, force est de reconnaître que notre équipe fait jeu égal avec les Columérins.
La joie est, cependant, de courte durée car 3 minutes plus tard, les Haut-Garonnais se rebellent et leur ailier aplatit entre les perches (13-10, 34′). Notre joie aura été de courte durée ☹
Malgré tout, C. Hilsenbeck revient à égalité à l’heure de pause : 13-13
Tous les espoirs sont permis, on signe tout de suite pour ce score à la fin du match, mais…
Jusqu’à l’heure de jeu, les botteurs se répondent : 13-16 (pour Vannes), 16 -16, 19-16 puis 19-19 (55ème).
Nous jouons à 14 depuis 8 minutes lorsque Colomiers trouve la pédale de l’accélérateur. Est-ce le coaching, de part et d’autre ? Toujours est-il que nous allons vivre un quart d’heure très douloureux : 3 essais columérins, nous amènent à 40-19 à la 75′.
Le score est très lourd. Les Vannetais sont en position de marquer dans les dernières minutes, pour la forme, mais la pénaltouche n’aboutit pas. On en restera là.

Les sentiments sont mitigés. Certes, nous avons perdu lourdement mais pour rappel, l’an dernier, nous avions perdu 45-5 lors de cette opposition.
On peut ainsi, considérer que l’équipe est en progression ; mais la 1ère heure de jeu nous a donné tant d’espoir que la déception nous fait oublier que l’adversaire du jour campe dans le haut du tableau.
Notons au passage, qu’Aurélien Blanc, par exemple au talon, n’est arrivé que cette semaine, à Vannes !
Malgré la défaite, donc, bravo à nos joueurs qui ont fait jeu égal durant une bonne partie du match.
Prochaine rencontre, dès vendredi 13 octobre, 20h, au stade de La Rabine : nous recevrons Montauban, autre « grosse » équipe. Un rendez-vous à ne pas manquer !

Jackie Spegagne