RCV/SACA – Le point sur la rencontre

Un gros combat attend les Bleu et Blanc ce vendredi à 20h face à Aurillac devant le public de La Rabine. Des supporters bien présents pour porter leur équipe jusqu’à la victoire comme contre Oyonnax ! Les Vannetais ont à présent toutes les cartes en main…

Le contexte
Le weekend dernier, les Vannetais sous une pluie battante et avec une équipe remaniée ont subi la loi des montois, maitrisant le match devant leur public malgré quelques attaques morbihannaises qui auraient pu faire mouche. Un ballon porté, un essai sur un contre assassin  et à 21-3 à la mi-temps la messe était dite.
En seconde période, face au vent, les joueurs n’ont jamais lâché pour un score final de 31 à 3, somme toute honorable vu les circonstances. Le groupe n’a pas perdu une seconde et a vite mis de côté cette défaite pour se consacrer à la réception d’Aurillac ce vendredi, dans un stade de La Rabine qui sera en efferverscence comme contre Oyonnax.

Les Aurillacois eux se sont inclinés à Narbonne 23 à 19 en marquant trois essais dont le dernier à la 79ème minute. C’est surtout après la pause que les Cantaliens ont réagi pour obtenir le point du bonus défensif. « On est bien évidemment content d’avoir pris ce point de bonus défensif mais il faut être franc, on n’a pas réussi à relever le défi, regrettait Thierry Peuchlestrade après la rencontre. C’est un miracle si on n’arrive pas à la mi-temps avec 30 points encaissés. On ne doit notre salut qu’à notre mêlée qui nous a permis de sortir de chez nous dans les moments chauds. On a vécu une première période presque catastrophique, analysait le coach des trois-quarts. On s’est fait transpercer défensivement, on a vu beaucoup trop de lacunes individuelles et de fautes, l’animation offensive était complètement à côté de la plaque, on n’arrivait pas à faire plus de deux ou trois temps de jeu, on tombait les ballons, on était en retard au soutien… »

Coup dur pour le Stade Aurillacois, l’arrière Antoine Renaud, blessé à un adducteur depuis le début du mois de janvier,  va se faire opérer le 17 mars prochain. Lui qui avait inscrit 169 points au pied cette saison et qui a signé à Carcassonne pour trois saisons ne portera donc plus les couleurs cantaliennes étant donné qu’il devra ensuite observer deux mois de repos.

Nous comptons sur vous pour une belle mobilisation derrière les Vannetais pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-même et repassent devant Albi qui, en battant Perpignan 26 à 24 dimanche dernier, pointe maintenant à un point et se déplacera à Bourgoin ce vendredi.

Arbitres : M. Blasco-Baqué (MPY) assisté de MM. Capdevielle (N) et Ubeda (CBL)

La compos du RC Vannes Bouthier – Lagarde, Mourot, Hickes, Duplenne–  Moeke (o), Payen (m)  (cap) – Abiven, Vosawaï, Bolenaivalu – Lagioiosa , Delangle – Dumas, Cloostermans, Fry
Remplaçants: Sionne, Phelipponneau, Van Jaarsveld, De Bruin,  Coville, Trainor, Pic ou Malzieu, Tafili

La compos du Stade Aurillacois  Mc Phee – Valentin, Lilomaiava, Luata, Fajfrowski –  Dubourdeau (o), Boisset cap (m) – Roussel,   Maninoa, Briatte – Hezard,  Granouillet  – Khatiashvili, Pélissié, Ravai –
Remplaçants Savea, Fabro, Nouhaillaguet, Corbex, Bouyssou, Petitjean, Gaston,  Taukeaiho

Le joueur à suivre  : Maxime Petitjean
Né le 17 mars 1984 à Tulle en Corrèze, on ne présente plus le meilleur marqueur de la saison dernière (390 points) en ProD2.
A Brive, il fut considéré comme un des meilleurs réalisateurs du TOP14. De retour à Aurillac depuis 2010, il a reçut l’Oscar du Midi Olympique en 2013 pour son parcours exemplaire. A l’aller, il avait animé l’équipe Cantalienne, victorieuse 24 à 22, un peu contre le cours du jeu, les Vannetais étant privés d’un essai de pénalité sur un placage à retardement sur Pacôme Gougeon.

Kevin Savea, retour à Vannes
A 21 ans, en tant que talonneur remplaçant de l’équipe d’Aurillac, Kévin Savea va faire son grand retour à Vannes, club où il a été formé à l’école de rugby entre 2000 et 2010. Ce joueur a gravit les échelons rapidement après son passage à Vannes pour rejoindre cette saison le club d’Aurillac avec lequel il a signé pour 4 saisons.
Son arrivée en début de saison à Aurillac s’est bien déroulée, l’ambiance y est bonne et l’entraide présente entre les joueurs. Le choix de ce club n’était pas anodin, Aurillac donne sa chance à de nombreux jeunes.

Kevin Savea a tout de même continué à suivre le parcours du RC Vannes : « J’ai suivi de prés tout ça car c’est mon club formateur et mon club de cœur. Ils s’en sortent bien, mais ce n’est pas facile de se retrouver comme seul club à l’ouest pour la Prod2 avec les grands clubs historiques du rugby Français. C’est une chance pour moi de pouvoir jouer à la Rabine vendredi soir, j’avais déjà joué contre les espoirs avec Aurillac et nous avions gagné.« 

Les Statistiques