RCV Business Club: Entretien avec SBV

Être partenaire du Rugby Club Vannes c’est aussi et surtout des histoires d’hommes et de femmes qui s’engagent à nos côtés. Aujourd’hui, plus de 300 entreprises accompagnent le RCV. Rencontre avec Roland Tonarelli le directeur général de l’entreprise SBV, Société Bretonne de Volaille, basée à Saint-Jean-Brévelay.

 

 

Pouvez-vous nous présenter le groupe LDC et son pôle SBV ?

Le groupe LDC qui signifie Lambert, Dodard et Chancereul sont les familles fondatrices du groupe. Aujourd’hui, ce sont les familles Lambert, Chancereul, Huttepain et Guillet qui sont actionnaires majoritaires. Le groupe exploite 80 sites en Europe, génère un chiffre d’affaires annuel de 4,4 milliards d’euros et emploie environ 30 000 collaborateurs.

SBV, Société Bretonne de Volaille, représente la frange bretonne du groupe qui est répartie sur 12 sites et emploie près de 4 000 salariés pour un chiffre d’affaires annuel de 900 millions d’euros.

Poule et Toque est la marque que nous avons créé avec toute notre équipe ici à Saint-Jean-Brévelay (Morbihan) pour fédérer l’ensemble des entreprises rachetées par SBV. En effet, SBV est issue d’acquisitions successive réalisées en Bretagne, qui avait chacune leur identité propre. Nous avons donc voulu regrouper différentes gammes sous une même bannière : Poule et Toque. Ce qui était innovant avec cette marque est le fait qu’elle soit dédiée au B to B, au métier de la restauration.

Pour quelle raison êtes-vous devenu partenaire du Rugby Club Vannes ?

Ce partenariat représentait la touche finale pour fédérer nos équipes. Après la création de Poule et Toque, nous voulions trouver un fil conducteur qui entraîne tout le monde et qui soit différenciant par rapport à ce qui se faisait en Bretagne. Le RCV est parfaitement situé par rapport à ça. D’abord, c’est la seule équipe professionnelle de rugby en Bretagne. Par rapport au football, le RCV est le véritable étendard du rugby breton. Il fédère toute notre région. Après, on aime ou pas ce sport mais c’est très difficile de le détester, personne ne déteste le rugby. Le capital sympathie du rugby permet d’être, une nouvelle fois, différenciant et innovant. Toutes nos équipes ont accueilli ce partenariat avec beaucoup de joie.

Après avoir accompagné le RCV pendant plusieurs saisons maintenant, pouvez-vous nous dire ce que vous apporte ce partenariat ?

Tout d’abord beaucoup de plaisir pour toutes nos équipes. C’est une réussite totale. Nous sommes devenus partenaire en 2018, année de la qualification en demi-finale du RCV. Ce partenariat a coïncidé avec une formidable réussite sportive qui ne fait, je l’espère, que commencer pour le club. C’est aussi beaucoup de belles rencontres avec les dirigeants et les salariés du club, qui nous permettent de passer des très bons moments chaque soir de match. Tous nos salariés reviennent enchantés lorsqu’ils assistent à une rencontre à la Rabine.

Quel est votre plus beau moment au RCV en tant que partenaire ?

Sans hésitation, le match de barrage face à Mont-de-Marsan en 2019. C’était la première année du partenariat et nous ne pensions pas que le RCV ferait un tel parcours. J’ai eu la chance d’assister à ce magnifique match. C’était un formidable dimanche. En plus, pour nous qui sommes producteurs de foie gras battre Mont-de-Marsan était juste parfait (rires) !

Que pouvons-nous souhaiter à SBV et au RCV pour la suite de cette année ?

Il ne manquerait plus que nous montions ensemble en Top 14. Ce serait magnifique.