RC Vannes Alexandre Mourot

Alexandre Mourot, trois-quart centre, est né en 1991 et mesure 1m86 pour 96kg. Vannetais d’origine, il a fait son retour à Vannes en 2015 en provenance de Lyon, après avoir joué avec les espoirs de l’ASM et été sélectionné avec l’équipe de France Junior.

Alex en route pour l’essai contre Biarritz (M.Renac)

Il a joué en Pro D2 au LOU lors de la saison 2013 – 2014. Pur produit de l’école de formation du RC Vannes, il nous est revenu en 2015 pour une superbe saison et la montée au bout. Blessé en début de saison, il a été titularisé lors des dernières rencontres avec un très bel essai contre Biarritz.

Interview

Alex: « J’aime également devoir m’engager physiquement en défense comme en attaque. » (M.Renac)

Né à Lyon, et arrivé à Vannes très jeune, tu t’es mis au Rugby au RCV, parles nous de ta découverte de ce sport et de tes premiers éducateurs.
Je suis venu au rugby grâce à mon père qui en avait fait un peu à la fac et qui en avait un bon souvenir. J’ai donc débuté en poussin au RCV à l’age de 7 ans. J’ai tout de suite adhéré à l’esprit de camaraderie du rugby, nous nous entendions tous bien. Bien que tous les éducateurs que j’ai eu au club aient été supers, je garde un souvenir particulier de Franck Thibaut qui s’occupait à l’époque des poussins. Je me souviens qu’il amenait son accordéon et que nous chantions dans le bus après les tournois, c’était magique !

Tu as joué en équipe de France Junior, qu’as tu ressenti à ta première sélection?
Beaucoup de fierté, mais j’étais surtout surpris. J’avais certes participé aux divers sélections jeunes mais venant de Vannes, le haut niveau me semblait si loin et inaccessible que je ne m’étais jamais vraiment posé la question d’accéder au niveau supérieur. Je me souviens que j’étais très stressé en tout cas!

Recruté par l’ASM, tu as passé quatre ans à Clermont, que t’as apporté la découverte du rugby de haut niveau?
Oui l’année qui a suivi j’ai donc rejoins l’ASM et son centre de formation. De mon passage à Clermont je retiens beaucoup de positif, j’ai eu la chance de m’entrainer avec l’effectif professionnel et de côtoyer les tous meilleurs joueurs. C’était pour moi un univers totalement différent de Vannes où je jouais au rugby essentiellement pour me faire plaisir, il m’a fallu plusieurs années afin de prendre conscience des efforts à faire et de la rigueur à avoir lorsqu’on aspire à devenir un joueur pro.

A Lyon, tu as joué une saison en Pro D2, mais en TOP 14, tu ne faisais pas partie des choix du nouvel entraîneur, qu’est ce qui t’as décidé à revenir au RCV en 2015?
A 22 ans après mes 4 saisons à l’ASM, j’ai donc rejoins le LOU pour 3 ans. Malheureusement lors de ma 2ème saison (nous évoluions alors en Top14) ma situation à commencé à devenir compliquée, je ne jouais pas du tout et n’étais plus du tout dans les plans de l’entraineur, je me retrouvais alors à jouer avec l’équipe Espoirs ce qui ne m’apportais aucune source de motivation. J’ai senti que je régressais et que je devais faire quelque chose pour rebondir. A l’intersaison j’ai reçu un coup de téléphone de Vannes et j’ai sauté sur l’occasion, il me fallait à tout prix retrouver le plaisir de jouer au rugby.

Quels sont tes meilleurs souvenirs de la saison 2015/2016 avec la montée au bout?La saison dernière fut une magnifique saison du début à la fin, j’en garde beaucoup de bons souvenirs, s’il ne fallait en retenir qu’un ça serait bien sur la victoire contre Massy à la Rabine qui a validé notre billet pour la ProD2.

Blessé en début de saison, tu as joué plusieurs des dernières rencontres avec un très bel essai contre Biarritz, quels sont tes objectifs pour l’année 2017?
J’ai enchainé deux blessures qui m’ont beaucoup perturbé depuis août dernier. Pour 2017, bien sûr, l’objectif premier sera le maintien! A titre personnel je souhaite désormais pouvoir enchainer les matchs, dans ce championnat où l’intensité est bien plus élevée qu’en fédérale, tous les matchs seront bons à jouer et me permettront de progresser!

Un petit mot sur ta position de trois-quart centre, qu’est ce que tu aimes le plus dans ce poste?
J’aime le fait d’avoir à trier les ballons que l’on reçoit, choisir la meilleure option, garder le ballon, faire la passe, négocier un surnombre, jouer au pied, j’aime également devoir m’engager physiquement en défense comme en attaque.

Vendredi contre Dax, le RCV joue un match important, que peux tu dire à nos supporters qui nous soutiennent et vont remplir La Rabine comme d’habitude?
C’est énorme depuis la saison passée, cet engouement que suscite nos matchs à la rabine. Notre enceinte n’a rien à envier à toutes les autres du championnat. Malgré les dernières défaites à domicile, le public était au rendez vous au match suivant. Cette rencontre est capitale pour nous dans notre course au maintien et nous aurons une fois de plus encore besoin d’être soutenu, alors on compte sur nos supporters pour pousser avec nous!
Tu continues à suivre tes études d’ingénieur, pas trop difficile de concilier le sport Pro et les études?
Je suis en effet une formation à distance en management avec l’EM Grenoble. C’est une vraie difficulté aujourd’hui de concilier sport et études, à mon sens les seules possibilités sont les formations à distance permettant une plus grande flexibilité dans les emplois du temps. En tout cas pour mon cas ça se passe bien!

 

Alexandre à l'entraînement

Alexandre à l’entraînement