A la découverte de Quentin Dubreuil

Interview de Quentin Dubreuil

nouvel ailier au RCV

 

Quentin Dubreuil arrive des Espoirs de Montpellier, ce joueur JIFF évolue au poste d’ailier.

Âgé de 21 ans, il pèse 99 kg pour 1m92 et a paraphé un contrat Espoir pour les 2 prochaines saisons.

Gerard Fraser:

 » Quentin est un joueur polyvalent aux postes 11 et 15. Il possède de grandes qualités athlétiques. Il est aussi percutant lorsqu’il a le ballon en main« . 

Interview

1/ Tu es venu au Rugby un peu par hasard en voyant du beach Rugby sur la plage de Nice, quel âge avais tu et qu’est ce qui t’a motivé pour en faire?

Oui en effet, comme quoi le hasard fait bien les choses! J’avais 9 ans à l’époque, je ne sais pas vraiment pourquoi mais j’avais accroché à ce que j’avais vu, de plus c’était l’année de la coupe du monde en France ce qui a accéléré mon inscription au club de Nice

2/ Où as tu commencé et quels sont les éducateurs qui t’ont le plus marqués?

J’ai commencé à jouer au rugby au RNCA devenu plus tard le Stade Niçois, mes premières années là bas ont été marquées par Tony Catoni, il m’a inculqué le plaisir de jouer au rugby mais aussi appris le fait de détester perdre, des valeurs qui me suivent encore aujourd’hui!

Dans le même temps j’ai été entraîné par Jérémy Benstaali qui m’a plus montré le côté technique du sport et le jeu d’évitement.

Plus tard c’est avec Arnaud Schneider avec l’Azur06 que j’ai eu un déclic rugbystique, parce qu’il a su me faire confiance et aussi me donner confiance en moi à un moment où c’était plus compliqué pour moi, je lui en suis vraiment reconnaissant!

Et enfin à Montpellier c’est le duo Jean Philippe Lacoste et Antony Floch qui m’ont fait grandir rugbystiquement parlant, à franchir un cap pour pratiquer un rugby plus mature et lucide pour tendre vers le haut niveau.

Quentin tout jeune crédit photo Michel Tolosano

3/ C’est à l’occasion d’un stage d’été organisé par le MHR que tu as eu une proposition de Montpellier, pas trop difficile de partir si jeune?

Au moment où ils m’ont proposé de partir j’avais seulement 16ans et ça c’était fait un peu au dernier moment du coup, ça allait être un peu compliqué de gérer,  alors le grand départ s’est fait une année plus tard à 17ans, même si quitter ses parents pour la première fois n’est jamais facile, j’ai été bien accueilli en terre montpelliéraine ce qui a grandement facilité la chose.

4/ Tu t’es fixé à l’aile, quelles sont les caractéristiques de ce poste et qu’aimes tu particulièrement dans ce rôle d’ailier?

Je n’ai jamais vraiment changé de poste depuis que je joue au rugby donc en tant que joueur je ne connais le rugby véritablement qu’à travers l’aile et l’arrière (et le centre en catégorie jeune). Ce que j’aime c’est cet aspect de duel à gagner, que ce soit en attaque ou en défense, c’est toujours plaisant de se « tirer la bourre » avec son adversaire direct pendant un match. Qui plus est le jeu d’évitement est la plus belle facette du rugby et je trouve ça bien de retrouver cette valeur là à ce poste même si on s’en éloigne un peu en ce moment.

Quentin en 15 Crédit Photo Smaranda Tolosano

5/ Tu as connu tout jeune Gerard Fraser à Grasse, comment se sont passés les retrouvailles?

En effet oui, j’avais 16 ans quand Ged est arrivé à Grasse, cette année là il a passé son diplôme d’entraîneur et avec un groupe de joueurs de l’Azur06, il nous a pris en main sur des entraînements afin d’obtenir son diplôme.

J’étais vraiment content de le retrouver ici en arrivant à Vannes! On a pas mal discuté, comme cela faisait 3 ou 4 ans que l’on ne s’était plus revus, on avait des choses à se dire, surtout de rugby et de météo et comme j’ai toujours habité dans le sud et que lui aussi jusqu’à ce qu’il arrive à Vannes , je lui ai demandé quelques infos sur la Bretagne😂

6/ Quelle a été ta progression au centre de formation du MHR, et quels joueurs Pros avec qui tu t’es entraîné, t’ont marqué ?

Je suis arrivé à Montpellier en Crabos deuxième année et j’ai intégré le Centre Haute Performance (qui est en quelques sortes le « pré-centre de formation ») jusqu’à ma première année Espoir, à la suite de celle-ci j’ai intégré le centre de formation pour deux années et j’ai aussi connu ma première pré-saison avec le groupe professionnel.

Je suis redescendu ensuite le reste de la saison avec le centre de formation, il m’est arrivé la même chose l’année d’après mais je suis remonté m’entraîner avec eux pendant l’année pendant la période où il manquait pas mal d’ailiers.

Pendant ma première année Espoir c’est Antoine Battut qui m’avait marqué par son QI rugby mais aussi par son leadership, ensuite, ce sont des joueurs comme Wiaan Libenberg et Benjamin Fall par leur éthique de travail et leur professionnalisme, enfin des joueurs comme Aaron Cruden et Yvan Reilhac par la facilité et le talent qu’ils ont dans le rugby tout simplement.

Quentin avec les Espoirs de Montpellier crédit photo Heloïse Kosc

7/ Niçois émigré à Montpellier, te voilà maintenant Breton, comment trouves tu Vannes et la Bretagne et comment se passe ton intégration dans le club?

En tant que sudiste je m’attendais au pire niveau climat, sur la carte, c’est complètement l’opposé de chez moi, mais en arrivant j’ai été agréablement surpris, il fait vraiment beau et bon la quasi totalité du temps, et puis les plages d’ici n’ont pas grand chose à envier à celle du sud😉

Pour l’intégration tout se passe pour le mieux, les mecs que j’ai rencontrés en arrivant sont vraiment sympas et ont tout fait pour que je me sente bien au plus vite, il y a vraiment un bon groupe, on sent que tout le monde s’entraîne dans la bonne humeur ça donne envie de se donner d’autant plus à fond!

8/ Quelles sont tes ambitions pour la saison à venir?

J’espère réussir à gratter du temps de jeu en ProD2 c’est l’objectif principal, je ne me projette pas plus loin que ça pour le moment, je veux juste vivre l’instant présent, prendre un maximum de plaisir sur le terrain et au plus haut niveau possible!

Quentin, le RCV te souhaite une super saison avec des essais décisifs en Pro D2