La Chronique de Jackie, Vannes s’offre la victoire à Aguilera !

Vannes s’offre la victoire à Aguilera  !

Ce match s’annonçait sous de bons auspices  : les coaches avaient effectué peu de changements dans l’équipe type, Biarritz n’était qu’à 1 point de Vannes, enfin, les supporters s’étaient mobilisés en nombre, malgré les sept heures de trajet.
Cependant, il n’y a pas de petit club dans cette Pro D2 et gagner à Biarritz, ancien pensionnaire du Top 14 (de 2005 à 2014) relevait du challenge…
D’ailleurs, seuls les Bretons avaient osé pronostiquer une victoire.

L’entame de match est pourtant à sens unique, pour les Basques  : 2 essais en un quart d’heure  !
Aie, nos petits Bretons retombent dans leurs travers habituels, mais nous sommes, désormais, tellement habitués à les voir se rebeller que l’on ne peut encore pas imaginer une grosse déconvenue.
Ce vendredi, notre mêlée est souveraine,  tant et si bien qu’elle obtient un essai de pénalité à la 30′. Nous revenons à 14-7, mais un dernier essai Biarrot, au coup de sirène, enfonce un peu plus le clou…
A la mi-temps, le score est de 19-10.
Les supporters Biarrots pensent que le match est plié, les Bretons sont dans le doute, mais l’espoir est toujours là.

Retour des vestiaires, il est grand temps de donner de la voix pour encourager nos Bleus.
Jean-Noël Spitzer a trouvé les mots pour remettre son équipe sur les rails, laquelle nous offre un nouveau visage  : jeu, vitesse, engagement, occupation du terrain, discipline (lorsque Biarritz tente de pousser Vannes à la faute, dans les dernières minutes). Tous les ingrédients sont réunis pour inscrire un nouvel essai et obtenir la victoire à la 76′  : 22-23  !
Les supporters Biarrots sont dépités, impressionnés par la fraîcheur et la ténacité de notre équipe.
Les Vannetais, eux, sont radieux, enthousiasmés par cette 1ère victoire à l’extérieur, et les joueurs ne sont pas en reste. Les drapeaux bretons flottent allègrement dans les tribunes. Joueurs et entraîneurs viennent remercier leur public qui le leur rend bien.
Ce vendredi 4 novembre, les Bretons avaient des étoiles plein les yeux  !

Une semaine de repos bienvenue, avant de recevoir Carcassonne vendredi 18 novembre : « Ici, (ce sera) La Rabine ! »

borcv600