La Chronique de Jackie Rouen – RCV

Un RCVannes décevant…

Face à des Normands qui commençaient à jouer leur survie, nos joueurs n’ont pas trouvé les solutions pour les faire déjouer et rapporter, ne serait-ce qu’un point de bonus défensif.
L’équipe alignée laissait pourtant espérer un résultat probant, mais c’était sans compter sur la motivation et la fraicheur des Rouennais. Richard Hill, le coach normand, avait gardé 15 joueurs au repos, le week-end précédent, dans l’attente de cette rencontre.
Vannes a donc subi la surmotivation rouennaise sans trouver les ressources de la révolte.

Si Rouen joue avec le vent, nos joueurs peinent à occuper le camp normand. La conquête vannetaise est en difficulté.
Il faudra attendre la 21ème minute pour voir le score (3 – 3) évoluer.
Une 1ère action offensive aboutie permet à Quentin Pilet une passe au pied décisive pour Gwénaël Duplenne qui marque ! (3 – 8, 21′)
Le jeu est, à nouveau, haché, Vannes commet trop de fautes, manque de vigilance en défense.
Conclusion, deux essais encaissés en 4 minutes (10 – 8, 32’/ 17- 8, 36′).
Kevin Burgaud, lors du dernier match, faisait remarquer le manque de constance de son équipe…
Nous en avons encore la parfaite illustration ! Le botteur normand, loin d’être maladroit, rajoute même 3 points, pour faire bonne mesure, juste avant la mi-temps : 20 – 8.

Le score commence à être lourd ! Les coaches ont, pourtant, aligné une équipe puissante digne de résister aux assauts normands… Un bus de supporters bretons a fait le déplacement pour l’occasion et donne de la voix… Où est la solution ? Le vent pourra-t-il influencer le cours du match ?
On y croit à la 48′ lorsqu’un pilonnage de la ligne normande aboutit par Éric Fry (20 – 15), mais ce seront les derniers points de la soirée pour Vannes L
Les mauvais choix de jeu, les fautes que l’on commet sous pression, une pénaltouche non trouvée, notre mêlée en souffrance, des en-avants, autant d’éléments qui permettent à Rouen de prendre le large (23 -15, 54’/ 26 – 15, 61’/29 – 15, 69′).
Nos joueurs poussent malgré tout jusqu’à la sirène, pour l’honneur, mais en vain.
Score final : 29 -15
La plus grande motivation, était normande.

Jean-Noël Spitzer qui avait « coché » ce match est plus que déçu, tant la copie rendue par ses joueurs n’a pas répondu à ses attentes.
Attention, une victoire étriquée face à Angoulême, la défaite à Rouen…Pour le dernier match de l’année, il sera vital de respecter Béziers et de mettre les bons ingrédients pour livrer un match plein, car les deux dernières prestations pourraient instiller le doute.
Il n’y a pas péril en la demeure, Vannes conserve ses 7 points au classement britannique, mais, dans l’immédiat, nous redescendons à la 10ème place.
Rendez-vous vendredi 20 décembre à La Rabine pour le dernier match de la phase aller.