RCV/BO – La Chronique de Jackie « Encore et toujours du suspense »

De l’avis de chacun, c’était un match à ne pas perdre, parce que nous jouions à domicile contre une équipe que nous avions battue chez elle, parce que nous campons dangereusement en bas de tableau, bien que non relégables. Seulement Biarritz avait aussi une revanche à prendre et arrivait, fort de sa dernière victoire face à Dax.

Deux équipes sous pression, un contexte qui ne met pas forcément les joueurs dans des conditions idéales de jeu. Cependant, nos bleu et blanc ouvrent les hostilités d’entrée par une superbe interception de C. Trainor qui marque le 1er essai de la soirée (7-0, 3′).
Le match s’engage sous de bons auspices… euh, non : Biarritz réplique immédiatement et aplatit un ballon contré (7-7, 4′) ! Nos joueurs ont mangé du lion, mais confondent vitesse et précipitation. En face, les joueurs biarrots font parler leur expérience et marquent un, puis deux essais, alors que Vannes a joué à 14 durant 10 minutes.

A la mi-temps, le compteur affiche un inquiétant 13-24.

Vannes est dans le dur, Biarritz en confiance. Si aujourd’hui, la touche et la mêlée sont des points positifs, la vaillance de nos joueurs ne suffit pas et les amène, même, parfois à commettre des fautes. Vont-ils réussir à inverser la vapeur ?
A la 45′, une pénaltouche bretonne à 5 m nourrit tous nos espoirs : seulement Biarritz la récupère et Vannes doit reconstruire. Mais nos joueurs gagnent en confiance, poussent les Biarrots à la faute et sont enfin récompensés par un essai d’A. Mourot, suivi peu après d’une nouvelle interception de C. Trainor qui aplatit entre les perches, à reculons !

En moins de 10 minutes, Vannes est revenu à 27-27.

On y croit, Biarritz est un peu déboussolé mais s’accroche et finit par pousser Vannes à la faute (27-30, 73′). Lorsqu’à la 79′, Vannes obtient une pénalité, le coach demande la touche, seulement le butteur ne la trouvera pas… La débauche d’énergie bretonne ne suffira pas à faire évoluer le score.

Les quelques 7000 supporters qui avaient bravé le froid et donné de la voix sont évidemment déçus. Cette défaite ne rassure pas, mais le championnat est loin d’être joué. L’expérience de la ProD2 est un long chemin…