La Chronique de Jackie 9eme journée

Biarritz, un lieu idéal pour surfer sur la vague

 

 

 

Non, ce n’est pas une annonce d’office de tourisme, mais bien la réalité de notre club de cœur.
Lors de nos 4 dernières rencontres en pays basque, nous y avons gagné une fois sur deux…
La 1ère année, (saison 16 -17), face à de fraîchement promus, les Biarrots avaient pensé pouvoir gagner facilement, une composition intégrant un certain nombre d’espoirs a suffi pour nous permettre la victoire.
Puis, on passe aux choses sérieuses (saison 18 -19). Un Papi, me demande avant match : « vous êtes venus voir perdre votre équipe ? » Ce à quoi, je lui réponds : » nous avons déjà gagné une fois ici… » De fait, nouvelle victoire d’un point.
Pour ne pas faire mentir les stats, cette année était donc la bonne…
Trêve de plaisanterie, nos joueurs, en pleine confiance, rencontraient une équipe en manque de match, ayant faim de compétition. Deux équipes de haut de tableau, pratiquant le même jeu, alternant le près et le large, ce match s’annonçait passionnant.

Biarritz attaque fort d’entrée de match et pousse nos joueurs à la faute (3 – 0, 4’/ 6 – 0, 11′), mais Vannes va imposer son jeu.
Christopher Hilsenbeck débloque notre compteur (6 – 3, 13′). Notre mêlée met les Biarrots à mal.
Nos petits Bleus ont une 1ère occasion d’essai (19′), mais se font gratter le ballon au sol.
Ce n’est que partie remise. À 6 – 3, Vannes choisit la pénaltouche (24′), mais le troisième ligne centre biarrot réitère son grattage.
La domination territoriale vannetaise est finalement récompensée.
L’enchaînement, Christopher Hilsenbeck – Nick Abendanon ouvre des espaces pour Matthys Gratien qui plonge dans l’en-but. (6 – 10, 27′). Nos joueurs ne comptent pas en rester là et remettent le couvert. Une énorme séquence de jeu (près de 4 minutes), nous tient presque en apnée, mais elle ne sera récompensée que de 3 points (6 – 13, 36′).

A la mi-temps, Vannes domine au score, mais ce n’est que légitime tant notre équipe a su être solide en défense, imposer son rythme, performer en conquête et adapter son jeu.
Les supporters, déjà optimistes avant match, n’envisagent pas la défaite, au risque d’être très déçus…

Retour des vestiaires, les Biarrots entendent bien revenir au score, ce qu’ils font à la 51′ : 9 – 13.
Mais Vannes impose toujours son rythme. Une pénaltouche (64′), suivie d’un maul voit Kévin Burgaud aplatir !

Essai …refusé à Kevin

L’arbitre de champ considère qu’il y a essai, mais demande la vidéo. Lequel (arbitre vidéo) considère que Kévin a laissé échapper le ballon. Dommage, car la physionomie du match en aurait été changée.
Il faut donc enfoncer le clou, au pied, cette fois, de Pierre Popelin (9 – 16, 69′).
Mais, Biarritz se rebelle.
77′ L’ouvreur basque finit par trouver une faille dans notre défense. 14 -16 avant la tentative de transformation…
Non, elle ne devait pas passer !!!
Les dernières minutes seront, malgré tout, stressantes car dans nos 22, les Biarrots veulent nous pousser à la faute, une occasion que nos joueurs ne leur offriront pas !
Score final : 14 – 16
Saluons la discipline exemplaire de tous, lorsque dans les minutes ultimes, on pense très fort « pas de faute, pas de faute ! »
Sans doute, sommes-nous privilégiés d’avoir été en mesure d’enchaîner les matchs selon le calendrier prévu, mais tant que les planètes sont alignées…
Place à une pause très méritée, avant de recevoir Perpignan, jeudi 19 novembre, dans un stade de La Rabine qui sonnera bien creux 😒