La Chronique de Jackie

Victoire bonifiée et le maintien (quasiment) en poche.
C’était le match à ne pas louper : encore un peu de suspense quant à notre avenir en Pro D2… et la réception d’un autre club historique du rugby, Colomiers (Jacques Brunel en a été l’entraîneur dans les années 95-99).
Nous n’aurons pas le temps d’angoisser, grâce aux cannes et à la vista de notre jeune ailier Kévin Bly qui inscrit deux essais en 7 minutes ! L’un sur une passe au pied de Christopher Hilsenbeck, l’autre, suite à une percée d’Andrew Cramond qui lui offre un ballon dans ses cordes.
Comme Christopher Hilsenbeck est en pleine confiance, le compteur affiche ainsi un joli 14-0 à la 8ème minute.
De quoi déstabiliser un peu plus, les Columérins qui ne semblent pas, être encore vraiment sortis du bus !
Notre charnière « allemande » (comme la qualifient désormais les supporters) dynamise le jeu que toute l’équipe s’applique à bonifier : audace, opportunisme, défense agressive, soutien, conquête, sans compter un stade plein qui vibre à l’unisson de ses joueurs.
Tous les ingrédients sont réunis pour réaliser une excellente performance.
Lorsqu’à la 20′, Laijaisa Boleinavalu franchit la ligne d’en-but, on croit au bonus offensif, mais un Columérin était sous le ballon.
Christopher Hilsenbeck, en revanche inscrit 3 nouveaux points : 17 – 0 puis 20 – 0 (28′)
Colomiers n’investit le camp breton qu’à la 30′ et peut tenter une pénalité, mais vu le score, à quoi bon ? Seulement, les pénaltouches n’aboutissent pas. Quand ça ne veut pas… ou quand nos joueurs jouent si bien !
La sirène a retenti lorsque Vannes pilonne à nouveau la ligne columérine. Ils ont marqué tant de points à cette occasion que l’on y croit, mais pas aujourd’hui. Les deux équipes rentrent au vestiaire sur le score de 20 – 0.

La physionomie du match est telle que l’on n’imagine pas un revirement de situation. Maintenant, ce petit point de bonus offensif serait très bienvenu.
C’est Carwyn Jones qui nous l’offre dès la 44′ sur une passe sautée de Christopher Hilsenbeck (27-0).
Seulement, Vannes se retrouve définitivement à 14 suite au 2ème carton jaune de Javier Lagioiosa (56′). Cela va-t-il changer la donne ?
Les Columérins retrouvent effectivement un peu d’énergie, on craint même un essai de pénalité… mais ils commettent trop de fautes.
Vannes a bien résisté à l’orage et engrange encore 3 points (30 – 0, 64′).
Le bouquet final, c’est la percée de Kévin Burgaud, relayé par Gwénaël Duplenne, plaqué, qui lui transmet le ballon pour aplatir !

Essai de Kevin Burgaud Photo M.Renac

Un 4ème essai à 5 minutes de la fin : 37 – 0.
Ce sera le score final. Tout comme face à Mont de Marsan, une explosion de joie, de plaisir, le sourire sur tous les visages.
Ce vendredi soir, Vannes est maintenu en Pro D2, même s’il manque encore un tout petit point mathématiquement (Vannes 56 points, Dax, 1er relégable, 42 points).
Maintenant, il serait bon de terminer la saison en beauté. Jean-Noël Spitzer aimerait faire mieux que la 11ème place de l’an dernier, notre place actuelle !
Prochaine rencontre à Aurillac (14ème), vendredi 23 mars.