La Chronique de Jackie 19eme journée

Nouvelle victoire à l’extérieur, bonifiée de surcroît !

 

Pour cette reprise de bloc, Vannes se déplaçait en territoire cantalou. Seulement, Aurillac est un adversaire qui ne nous a pas vraiment réussi jusqu’alors : trois défaites pour une victoire (en décembre 2018).
Par ailleurs, ils ne se sont inclinés que 2 fois à domicile, face à Colomiers et Biarritz, c’est dire que la tâche s’annonçait passablement ardue. Nous nous attendions à un gros combat d’avants puisque les deux équipes avaient privilégié ces derniers sur leur banc de touche.
Si Vannes met la pression d’entrée et concrétise grâce au pied de Christopher Hilsenbeck dès la 7ème minute
(0 -3), la défense aurillacoise reste intraitable face aux offensives vannetaises, et devient même très agaçante lorsqu’elle nous confisque des ballons en touche

Au quart d’heure de jeu, leur 1ère incursion dans notre camp est payante : 3 – 3. Aurillac prend confiance, rajoute 3 points à son compteur (6 – 3, 21′). Un gros temps fort aurillacois prend fin lorsque Nick Abendanon dégage en touche avant de sortir sur blessure, remplacé par notre « feu-follet », Pierre Popelin (28′).
Vannes reprend alors la main, enchaîne les pénaltouches avec plus ou moins de réussite, mais sans réussir à franchir les lignes cantaliennes.
La persévérance, une des qualités de notre équipe, finit par payer : un ballon porté amène Pat Leafa dans l’en-but.
6 – 10, 38′ Ce sera le score à la mi-temps

 

En analyse, Rémi Picquette parle de manque de précision sur les basiques à corriger, mais entend bien continuer à défendre « comme des chiens !  »
Vannes n’a pas concrétisé sa domination territoriale, car les Cantalous ne lâchent rien.
Mais nous sentons notre équipe en confiance, à l’image de la non prise des points de pénalité.
Les supporters pourraient être partagés : notre équipe ne veut pas jouer « petit bras », ou fait-elle preuve de suffisance ?…
Il émane, néanmoins, de ce groupe une telle dynamique que l’on ne peut remettre en cause ses choix.

L’essai de Pierre Popelin dès la 44ème minute (6 – 15) nous amène même à les compter …
Cependant, Aurillac n’entend pas en rester là, revient chez nous, obtient une pénalité. On se dit qu’ils vont insister pour marquer mais non, ils se contentent des 3 points… 9 -15, 57′
Il s’agit, quand même, de ne pas encaisser un essai, désormais.
Si les deux équipes se font alternativement contrer, notre mêlée a retrouvé des couleurs. Au fil des minutes qui s’égrènent, Aurillac perd de sa lucidité.
Enfin, une pénaltouche à 5 m, suivie d’un ballon porté (encore…J) pousse Théo Béziat derrière la ligne
(9 – 22, 72′)
Ils le tiennent, ce bonus offensif ! Seulement, 8 longues minutes vont devoir s’écouler avant que nous ne puissions laisser libre cours à notre joie !
Score final : 9 – 22

Qu’ils nous font plaisir, nous régalent !
Sans avoir été parfaits, nos joueurs ont été organisés, disciplinés, « intelligents ». Nous avons le sentiment de voir œuvrer « une jolie mécanique bien huilée », et nous n’imaginons, sans doute pas, tout le travail réalisé pour en arriver à ce niveau de compétence.
Ce soir, Vannes était plus fort. Ces mots ne sont pas évidents, non habituels dans notre vocabulaire rugbystique breton, mais conforter cette place de leader n’est plus un hasard.
On savoure l’instant présent sans perdre de vue qu’il nous faudra peut-être descendre de notre petit nuage.
Ceci dit, 15 points en 3 matchs successifs, « chapeau bas Messieurs » !
Prochaine rencontre face à Nevers, à La Rabine vendredi 19 février à 18h45, à voir sur Canal + décalé, sauf changement de dernière minute.