A la découverte de Julien Dumoulin

Interview de Julien Dumoulin

Nouveau 3eme ligne au RC Vannes

Julien Dumoulin évolue au poste de troisième ligne et arrive de Massy.

Âgé de 28 ans, ce joueur de 115 kg pour 1m95 a paraphé un contrat pour les 2 prochaines saisons.

Jean-Noël Spitzer, notre Entraîneur Général, nous livre son ressenti sur cette arrivée :

« Julien est un 3ème ligne coureur/sauteur/ferrailleur. C’est un joueur aguerri qui voulait rester en ProD2. On attend beaucoup de lui pour imposer son caractère et sa détermination. »

Interview

Julien, tu es natif de Perpignan, dis nous quand as tu commencé le rugby et comment es tu devenu amoureux de ce sport?
J’ai commencé le sport en club dans mon village d’enfance, LE SOLER, un beau village collé à PERPIGNAN . J’ai opté tout d’abord pour le judo , puis à force de voir les autres s’entrainer dehors , que ce soit le foot ou le rugby, après quelques années de loyaux services dans ce dojo, j’ai décidé de franchir le cap du changement, et donc d’opter pour le sport collectif en extérieur.

Dès lors je suis allé me présenter au club de rugby de l’entente de La Têt de PEZILLA DE LA RIVIERE , un village à côté du mien, aux couleurs « jaune et noir ». Un entraînement a suffit pour me donner l’envie de continuer, sans oublier l’histoire de mon père qui, ancien rugbyman, m’a donné envie d’exceller dans son sport.

Que gardes tu de tes années passées à l’USAP jusqu’aux Espoirs et quels ont été les éducateurs qui t’ont plus marqués ?
Après avoir fait une belle année au club de THUIR , j’ai intégré les rangs du club de l’USAP en Cadet. C’est un passage important de mon aventure rugby car j’ai pu commencer les gros tournois avec les meilleurs joueurs du département, contre les meilleures équipes de France. Concernant les éducateurs , je pourrais en énoncer beaucoup, mais une mention particulière à Gerard Llense qui m’a beaucoup apporté tant sur le terrain que sur l’extra sportif, puis j’ai croisé la route d’Eric Montgaillard et bien sûr de l’incontournable Michel Konieck.

Quels étaient les joueurs perpignanais que tu admirais?
Facile, il y avait Greg Lecorvec, Christophe Porcu, JP Perez, Guilhem Guirado, Romain Terrain, Farid Sid , Henry Tuilagi pour continuer avec Nicolas Mas et David Marty. Et pour conclure Florian Cazenave avec qui maintenant je me retrouve sur le pré.

Tu as choisi de préparer ton avenir en choisissant une formation à l’école de police, comment as tu pu concilier ce choix avec ta carrière de rugbyman?
A une période bien précise, je me suis retrouvé confronté à un dilemme, une période d’essai avec la première de Perpignan ou terminer mon école de police. J’ai décidé de me lancer un gros challenge et de quitter Perpignan pour avoir mon job de flic, tout en gardant dans un coin de la tête que j’avais le mental pour rebondir ailleurs . Un clin d’œil au club du CERET SPORTIF qui m’a permis de continuer à jouer au rugby tout en terminant mon école de police.

Avec Massy, crédit photo Jean-Marc Fondeur, Merci à lui

Suite à une mutation en région parisienne, tu as signé à Suresnes, les débuts de l’aventure avec notamment une proposition du RC Vannes en Fédérale 1 à l’époque?
Arrivé sur PARIS, sans hésitation, j’ai signé directement avec le RCS, un club de la région parisienne très en place et très familial, comme nous pouvons le retrouver dans le sud. Un club et des personnes qui m’ont beaucoup apporté. Puis j’ai eu un premier contact avec le club de VANNES, et c’est à ce moment là, que j’ai commencé à suivre le club breton.

Avec Chambéry, crédit photo Philippe Gervasoni, Merci à lui

Une proposition de Chambéry t’a fait choisir l’aventure professionnelle où tu as connu Steve Blanc-Mappaz, en prenant une disponibilité dans ton métier, quelle a été à ce moment là ta progression?
Une fois titulaire dans la police, je pouvais enfin prendre une mise en disponibilité. A ce moment là, j’ai eu l’opportunité de pouvoir signer à CHAMBERY. Pari réussi, j’ai pu avoir mon premier contrat pro en 2016.
Steve, un grand acteur de mon intégration lors de ma venue en Savoie, un très bon joueur qui à su me tirer vers le haut, un grand merci a lui.

Avec Steve Blanc-Mappaz et Chambéry, crédit photo Patrick Tom Dulas Merci à lui

Symboliquement, Steve auteur d’une belle saison au RCV en 2017/2018 va transmettre le ballon à Julien.

Qu’aimes tu particulièrement dans ce poste de troisième ligne?
Ce que j’aime dans ce poste, c’est la liberté sur le terrain, il faut être complet, tu peux à la fois aller au combat et jouer dans des espaces .

 

Comment se passe le reprise et ton intégration à Vannes et comment as tu trouvé les installations du RCV?
Une réelle joie de pouvoir connaître un tel professionnalisme, des bonnes structures, un groupe riche avec des joueurs très accueillants et rigoureux. Un stade et un public que j’ai hâte de découvrir. En conclusion une reprise pleine et une intégration agréable.

Bonne chance à toi Julien, pour une belle saison accomplie au RCV