Interview Tanguy Kerdrain

Tanguy Kerdrain entraîneur des avants du SAXV

 

Tanguy Kerdrain est le nouvel entraîneur des avants du SA XV.
Il a pris ses fonctions en Novembre avec Vincent Etcheto pour essayer de redresser la barre du club Charentais, bien mal parti dans cette PRO D2.
Tanguy est Breton (comme son nom l’indique…) et a joué au RC Vannes (voir son parcours dans son interview).
Depuis, le SAXV a repris des couleurs après ses victoires sur Valence-Romans et Aurillac.
Actuellement 14eme avec 14 points, il faut rappeler que l’équipe Angoumoisine est montée en même temps que le RCV en PRO D2 en 2016.

Résultats des rencontres à La Rabine des deux clubs depuis la montée
Mars 2017 Vannes – Angoulême 26 – 3
Septembre 2017 Vannes – SA XV Angoulême 28 – 14 BO
Janvier 2019 RC Vannes – Angoulême 24 – 16 BO
Décembre 2019 RCV – SAXV 26 – 25

Photo T.Kerdrain

Tanguy a répondu à nos questions avant le déplacement à Vannes.

1/ Peux tu nous rappeler ton parcours de Rugbyman et d’entraîneur?
Mon père m’a emmené à Jo COURTEL à l’âge de 5 ans, je n’oublierai jamais ce moment. Michel STECK a été mon premier éducateur, un grand merci à lui et à tous les éducateurs qui ont donné et donnent de leur temps pour que des gamins se réalisent avec un ballon ovale. Je suis resté au club jusqu’à mes 18 ans et ai poursuivi mon parcours au Centre de formation de La Rochelle puis à Bordeaux. J’ai ensuite rejoint Gaillac pour faire mes premiers matchs en ProD2 , puis Limoges , Saint Nazaire et Nantes. Le Stade Nantais m’a permis de passer mon premier diplôme d’État, j’y ai été « entraîneur-joueur » durant deux saisons. J’ai rangé mes crampons à la Baule pour devenir entraîneur du pôle jeune et ensuite responsable sportif du club. Durant les 3 dernières années j’ai été Conseiller Technique de Clubs sur la Ligue régionale des Pays de la Loire , j’y ai passé mon DESJEPS et ai profité d’un cadre dérogatoire pour entraîner le Stade Nantais l’an passé en fédérale 1.

2/ Quel était votre bilan lors de votre arrivée avec Vincent à Angoulême?
Vincent m’a progressivement informé de l’état des lieux « tout est allé très vite ». En attendant mon arrivée , il a sollicité David ORTIZ (entraîneur équipe de France moins de 20 ans) qui, par la qualité de son travail, a facilité la transition.Nous étions sur la même longueur d’onde.
Il fallait agir sur des choses simples tout en rentrant progressivement dans les détails. Les joueurs étaient en attente de cela.

3/ Quel a été le premier travail important pour reprendre le chemin de la victoire et remotiver le groupe?
Vincent est d’une nature ambitieuse et compétiteur dans l’âme. Il est précis et va vite dans ses analyses. La situation du club a conduit l’ensemble du staff à aller dans ce sens pour agir en cohérence avec l’équipe.Travailler sur le climat d’entraînement a été déterminant afin de retrouver du plaisir à jouer.

4/ Qu’est ce qui a le plus changé au SAXV depuis un mois et demi?
De mon point de vue , l’application et l’implication des joueurs.

5/ Vos objectifs à court et à moyen terme?
A court terme, Chanzy doit redevenir un lieu redouté.
A moyen terme, le maintien passera par des performances loin de nos bases.

6/ Toi qui as porté les couleurs du RCV, comment juges-tu son parcours et qu’est ce qui t’a étonné le plus dans son évolution depuis les derbys contre Saint Nazaire à La Rabine il y a plus de 5 ans?
Les fondations de ce projet sont saines et se sont construites il y a déjà bien longtemps .Il n’y a pas de réelles surprises quand on connaît le travail engagé par les acteurs du projet et sa direction.A chaque fois que je suis allé à La Rabine,  j’ai eu un grand plaisir à croiser d’anciens éducateurs, entraîneurs,  joueurs et dirigeants. Le sentiment d’appartenance est fort . Pour sa part, Jean No a connu tous les étages du club, je pense qu’il est fondamentalement imprégné par la culture de ce club et de ce territoire, tout comme Simon BOISBLUCHE, Goulven LE GARREC ou encore Martin MICHEL. C’est une force et une singularité dans le monde professionnel…Gerard FRASER sur le groupe pro et Flo BONNEFOY sur la formation sont des techniciens qui arrivent d’autres horizons, leur expertise semble compléter parfaitement une colonne vertébrale solide. Cela étant, ça ne suffit pas à justifier les raisons pour lesquelles la France du rugby respecte et salue l’excellent parcours du club. Seul eux connaissent ce qui a permis et permet cette progression constante, bravo à eux.

Me rappeler les derbys, c’est constater que les stades sont encore vides et je pense aux supporters bretons, de Charente et de la France entière qui n’ont pas d’autres choix que de laisser les enceintes sonner creux. Espérons qu’ils puissent revenir rapidement.
Aussi, j’ai une pensée chaleureuse pour Alain Berthe, c’était une personne formidable.
Après un derby avec Anthony LE LURON (ancien joueurs de Vannes et de Saint Nazaire) je me souviens encore chanter « mon petit garçon »avec lui et d’autres dirigeants vannetais bras dessus, bras dessous. Des moments inoubliables.

Merci Tanguy, on te souhaite un bon match à La Rabine,

mais malgré tout de ne pas battre le RCV…

😁

Le temps des derbys Vannes – Saint-Nazaire avec quatre anciens Vannetais Dorbeaux, Krancz, Kerdrain, Le Luron  photo Fbo