Interview de Simon Boisbluche avant la phase retour

Le RCV a réalisé un bon parcours dans la phase aller, évitant les pièges qui auraient pu arriver après une saison 2018/2019 particulièrement réussie.
Simon Boisbluche responsable de la préparation physique en tire le bilan avant la phase retour qui verra le club Vannetais démarrer à Mont de Marsan.

Interview

Simon Boisbluche, Photo D.Kilani

Simon, quelles leçons tirez vous de la phase retour de la saison dernière?
Les 10 derniers matchs de la phase retour ont été exceptionnels, on avait le sentiment que l’équipe était sur un nuage.
Ensuite les phases finales;
Un premier match contre Mont de Marsan où les joueurs ont fait preuve de beaucoup de maitrise et d’énormément d’energie puis ce match contre Brive qui nous a montré le temps d’un match tout ce qu’il nous reste à combler notamment sur le plan athlétique pour atteindre le plus haut niveau.
On est reparti de ce dernier match contre Brive pour préparer cette nouvelle saison.
Quels sont les pièges à éviter après une saison si réussie ?
Les dangers après une saison réussie,
ce sont les mêmes pour toute les équipes:
Le premier danger c’est de ne plus faire autant d’effort sur l’entrainement en pensant que les matchs vont se gagner tout seul simplement parce qu’on étaient demi finaliste la saison passée.
Sur ce point les joueurs nous ont surpris, ils sont revenus très vite avec beaucoup d’énergie, ils connaissent l’importance de ce moment de la saison.
Le deuxième danger c’est la motivation qui peut baisser de manière transitoire, en effet l’objectif de revenir en phase finale peut paraitre éloigné dans le temps pour les joueurs et il est important de pouvoir fixer des objectifs individuels plutôt que collectif.
C’est ce que nous nous sommes attachés à faire durant la pré-saison aussi bien sur le plan athlétique que sur le plan rugby.
Le dernier danger c’est la fatigue inhérente à une saison à rallonge (Nous avons démarré le 31 mai pour terminer le 20 mai !). Certains joueurs ont été extrêmement sollicités je pense en particulier à Paga Tafili qui à joué 31 matchs sur les 32 possibles.
Il a fallu adapter la pré-saison de ces joueurs mais aussi leur temps de jeu sur les premiers matchs et je pense que la fatigue que ces joueurs ont pu accumuler la saison passée sera définitivement soldée après les congés de Noël.
Peux tu faire le bilan des matches aller sur le plan physique, est ce que ça a correspondu à tes attentes?
Les seuls matchs qui sont évaluables sur le plan athlétiques, ce sont les matchs que l’on a pu jouer à plus de 37-38 minutes de temps de jeu effectif. Dans ce cadre là, nous avons joué quelques matchs de très bons niveaux en terme d’intensité et de volume notamment contre des équipes comme Grenoble et Colomiers. Notre deuxieme mi temps contre Colomiers représente la mi-temps la plus intense qui nous aient été donné de jouer depuis notre arrivée en proD2.
La déception vient surtout de nos matchs à l’exterieur ou nous n’arrivons pas à produire le meme volume de jeu qu’à domicile ce qui ne nous permet pas de mettre la meme pression physique sur nos adversaires.
Ca sera un des axes de travail de cette deuxieme partie de saison, comment maintenir cette pression à domicile et à l’exterieur. Pour cela il faudra etre capable de faire preuve de beaucoup plus de maitrise.
Et comment s’est passé l’intégration des nouveaux sur l’aspect prépa?
On a repris de manière anticipée avec les nouveaux joueurs afin que ceux ci puissent prendre leur marque plus facilement. Pour certains, le changement de méthode par rapport à ce qu’ils avaient pu connaitre avant a été dur, mais tout le monde s’est mis progressivement au diapason.
Ce sont les espoirs issus de notre centre de formation qui se sont le plus vite adaptés et le fait que 3 d’entre eux sur les 5 présents lors de la pré saison ont joué dès le premier bloc montre bien le tournant que le club est en train de prendre sur la formation des jeunes joueurs, c’est extrêmement encourageant pour la suite.
Je ne serai pas surpris que d’autres espoirs fassent leur apparition dans le groupe pro s’ils conservent cette qualité de travail à l’entrainement.
Vous avez eu des difficultés d’entraînement suite aux conditions météorologiques?
La météo ne nous a pas épargné c’est clair ! Sur les conditions d’entrainement rugby, j’ai le sentiment que rien n’a changé depuis les dernières années de federale 1, nous avons toujours les mêmes difficultés à nous entrainer lorsque la météo devient capricieuse.
En féderale 1, peu d’équipe bénéficiait d’un terrain synthétique pour s’entrainer, donc lorsqu’il y’avait des intempéries sur la côte atlantique, les autres équipes de la division avaient les mêmes soucis que nous.
Aujourd’hui nous sommes dans la division professionnelle depuis 4 saisons et les autres équipes ne restent pas en salle lorsqu’il pleut, elles continuent de s’entrainer et nous prenons énormément de retard…
Comment avez vous pu vous adapter?
C’est du bricolage permanent, globalement, lorsque nous ne pouvons pas bénéficier du terrain synthétique, le volume de course est réduit de 30 à 40%.
Une semaine dans ces conditions, on arrive à s’organiser, mais lorsque ces conditions se prolongent, ça devient vite ingérable.
Au bout de 3 semaines, on a déjà perdu une semaine complète de travail, c’est beaucoup trop à ce niveau de compétition.
Où en sont les blessés?
Les blessés retrouvent progressivement le terrain.
Branden (Holder) et Dan (Tuohy) sont toujours en soins.
Branden a un rendez vous important avec son chirugien mi janvier.
On espère des bonnes nouvelles pour qu’il puisse partir en centre de reeducation au mois de janvier avant de pouvoir reprendre le terrain mi fevrier.
Dan continue sa rééducation, il alterne les séances de musculation avec Mathieu Henry et les séances de soin.
Pio et Kevin Bly ont repris la course, il seront de retour pour le stage de Douarnenez.
Nika sera en phase de reprise sur le debut du mois de janvier.
Quel est le programme de reprise avant la première rencontre le dimanche 12 janvier à Mont de Marsan?
C’est un programme classique de reprise, avec un gros travail en salle sur la partie aérobie et force, et un travail de force intégré sur le terrain les premiers jours du stage, ensuite on reprendra la préparation classique d’un match pour aller jouer à Mont de Marsan le 12 janvier.

Merci Simon, de tout cœur avec toi et tout le staff pour attaquer 2020!

Simon et le RCV en route pour 2020 Photo D.Kilani