Florent Bonnefoy fait le point sur le pôle performance du RCV

– Bilan mi-saison –

Interview de Florent Bonnefoy

 

« Bonjour à tous,
Tout d’abord merci à vous de mettre en avant le Pôle Performance du club car il représente bien, à mon sens, l’évolution et le virage que prend le club dans sa structuration. Le secteur jeune progresse, s’organise et avance tranquillement vers toutes les exigences liées au statut de notre club. La route est encore longue mais il faut que nous soyons aussi capables d’évaluer le chemin déjà parcouru grâce aux dirigeants et bénévoles du RC VANNES. »

Florent Bonnefoy

 

Interview

 

Peux tu tout d’abord nous faire un bilan sportif de fin d’année des équipes de jeunes du RCV, Espoir, Crabos, National M18, Alamercery et Gaudermen?
Je dois dire que le bilan d’ensemble est plutôt positif. La dynamique enclenchée en ce début de saison est favorable et permet à nos équipes d’être assez performantes.

Espoirs RCV 2019/2020

Les Espoirs viennent de finir la 1ère phase de leur compétition et se qualifient pour la Phase de Play-offs qui commencera en Janvier. Le 1er objectif est donc atteint et permettra à tout le monde d’aller vers un 2ème objectif. Lors de la 2ème poule nous affronteront les équipes suivantes : Suresnes, Rouen, Trélissac, Soyaux-Angoulême et Nantes

Les Crabos vainqueurs à Bordeaux

Les Crabos sont dans la course à la qualification pour les Phases Finales grâce à leurs résultats. J’espère vraiment qu’ils parviendront à se qualifier, ça serait un vrai indicateur positif du travail effectué depuis 3 ans. Le mois de janvier sera capital dans cette optique.
L’équipe N2 des juniors progresse et se doit d’avoir des résultats cohérents. En effet, il ne faut surtout pas oublier que cette équipe est une équipe de développement et doit accompagner nos jeunes joueurs (en majorité 1ère année juniors) vers l’apprentissage de la performance.

Nos cadets Alamercery

Les Cadets Alamercery sont en course pour se qualifier pour les phases finales et auront, tout comme les Crabos, un mois de janvier capital. Ce groupe fonctionne très bien et est rafraîchissant pour tout le monde (staff et bénévoles). C’est le collectif qui a subi le plus de modification à l’intersaison et le changement semble faire du bien.
Les Cadets Gaudermen sont plus en difficulté sur le plan des résultats. Ils ne sont pas parvenus à débloquer le compteur en terme de victoires. En revanche, nous sentons une dynamique qui devrait mener à ce chemin. N’oublions pas que ce groupe s’est qualifié grâce aux brassages et s’articule autour d’un projet commun avec les clubs du bassin. Nous sommes convaincus que cette catégorie d’âge doit être un moyen pour tous les clubs Morbihannais de progresser.

TENEZ VOUS INFORMÉS DES DIFFERENTS CALENDRIERS, NOS JEUNES AURONT BESOIN DE SOUTIEN A JO COURTEL dès JANVIER 2020. FB

 

Quelles ont été les révélations et les bonnes surprises que tu as remarquées?
Les vraies bonnes surprises du début de saison pour moi sont :
Les victoires à l’extérieure de nos Crabos et Alamercery. C’est un marqueur important de la progression chez les jeunes notamment pour les autres clubs.
Le classement actuel des Alamercery.  Je me doutais que nous passerions la phase de Brassage et étais persuadé que nous serions à la lutte entre les 4ème et 6ème place de la poule. Aujourd’hui cette équipe est 3ème de sa poule avec un match en moins donc nous avons le droit de rêver.
Le 1er tournoi à 7 des Espoirs à Agen où les joueurs sont allés chercher une Finale et surtout une place parmi les 16 meilleures équipes professionnelles du moment.

Un mot sur le fonctionnement du Centre de formation et du pôle jeunes, comment s’articulent les relations entre les staffs (entraîneurs, prépa physiques, médical…)?
Le Centre de Formation (CDF) trouve tranquillement son rythme de croisière, nous sommes parvenus depuis cette année à « libérer » 2 matinées de travail uniquement dédiées aux joueurs conventionnés et partenaires du CDF. C’est, à mon sens, l’avancée majeure. Les joueurs partagent donc leur temps entre leur projet scolaire et leur projet rugbystique (mardi et mercredi matin). Il faut rajouter à tout cela les entraînements avec la catégorie Espoirs et/ou le groupe professionnel, le travail d’analyse vidéo et bien évidemment tout c qui concerne le 1% supplémentaire (récupération, éducation à la performance dans la vie quotidienne et démarche personnelle). Notre travail consiste à éveiller la curiosité des joueurs sur ce qu’est la vie d’un sportif professionnel et surtout qu’ils comprennent qu’être rugbyman professionnel, c’est avant tout être autonome dans toutes ses composantes. Les joueurs doivent être ACTEURS de leur projet, sans cela c’est impossible de passer le cap du monde pro.
Du côté du staff, le vrai point fort de cette saison réside dans le fait que nous sommes dans la continuité de ce que nous faisions l’an dernier. Les intervenants sportifs sont les mêmes.
Johannes DE BRUIN s’occupe de tout ce qui concerne la touche et le jeu au contact, Mathieu HALBWACHS assure la préparation physique et le suivi de la charge d’entraînement, Alban CAPPELLO intervient sur la mêlée. A tout cela, il faut ajouter Maxence TURPEAU (réathlétisation), Florian PLU (Technique de Course et Vitesse) et le secteur médical qui est organisé autour de Yohan GUILLIER (Médecin) et des 4 kinés (Mélanie LEGAREC, Benjamin OUVRAD, Axel DARIDOR et Arnaud CORDELLE). Quant au côté administratif, il est piloté par Clément PAYEN et Martin MICHEL. Pour ce qui est du suivi scolaire nous avons la chance d’avoir 2 bénévoles qui travaillent de manière efficace (Philippe GAUTIER et Jacques CORFA).
Mon job consiste donc à faire en sorte que cette « petite entreprise » ne « connaisse pas la crise ». Plus sérieusement, notre devoir à tous, est de donner notre meilleur, dans notre domaine de prédilection.

Le Pôle Performance va des Minimes (Moins de 14 ans) aux Espoirs (Moins de 22ans). Celui-ci a clairement évolué par rapport aux 2 premières saisons que j’ai pu passer au club. 2 nouveaux salariés sont arrivés sur la catégorie Moins de 16 ans (Cadets) : Briac REMBERT et Thomas DIESMUNSCH.
Le Staff Juniors a lui aussi subi des transformations. Aujourd’hui, les juniors sont entraînés par Julien MARIE (salarié au club et déjà présent l’an dernier sur la catégorie), Alban CAPPELLO (déjà présent au club l’an dernier mais qui était sur les Espoirs), Stéphane MEVEL (déjà présent au club et qui entraînait les minimes 1ères années), Nicolas BRUSSILOVSKY (qui arrive du club de Auray et qui a du vécu auprès de jeunes) et Maxence TURPEAU (Préparateur Physique salarié au club qui assure une suivi individualisé des joueurs). Il a noté aussi que Wilfried LE PROVOST intervient comme dirigeant et apporte une aide supplémentaire à ce staff.
Nous avons, de plus, la chance d’avoir une relation privilégiée avec l’Académie Pôle Espoirs FFR car celle-ci est pilotée par Wilfrid LAHAYE. A noter qu’il effectue aussi une mission transverse de consultant sur les catégorie Moins de 14 ans et Moins de 16 ans. Du coup, le suivi des joueurs, le développement du projet de formation ainsi que l’émergence des jeunes talents semblent être beaucoup plus précis.
Enfin, la catégorie Minimes est pilotée par un salarié sportif, Guillaume GARCIA (certains d’entre vous le connaisse mieux sous le surnom de « Bob »), 2 éducateurs (Gwendal HENRIO : déjà au club l’an dernier sur cette catégorie et Charles MONNIER : déjà au club l’an dernier mais à qui il a été proposé un repositionnement sur les plus jeunes) et un Service  Civique (Bastian GIARD).

Tu en es à ta troisième saison, quelles sont les évolutions que tu as constatées depuis ton début dans les méthodes de travail, les infrastructures et les installations?
Oui en effet, j’en suis à ma 3ème année et je dois dire que nous avons avancé et évolué. Les plus fortes avancées que je constate sont liées au Pôle Performance. Les staffs sportifs ont connus une certaine forme de renouvellement. En effet, pour les entraîneurs et surtout sur les démarches d’entraînement. Nos entraîneurs ont franchi un vrai cap en 3 saisons dans ce domaine-là. Nos rythmes et intensité d’entraînement ont progressé. Il le fallait, c’était impératif, et je suis plutôt satisfait de cela. Bien sûr, nous avons encore du travail. Cependant, la démarche semble entreprise.

L’autre évolution forte réside sur les infrastructures. Nous sommes passés d’un espace de travail restreint et obsolète (petite maison à l’entrée du parking de Jo Courtel) durant mes 2 premières saisons au club, à des préfabriqués flambants neufs. Nous bénéficions ainsi d’un espace de travail propice à la progression des uns et des autres.
Très honnêtement je constate que les échanges entre les salariés sportifs sont beaucoup plus fréquents. Nous sommes à 5 mètres les uns des autres et nos bureaux communiquent directement. De plus, j’ai l’impression que le sentiment d’appartenance au projet de formation du Rugby Club Vannetais est encore plus fort pour l’ensemble des encadrants. Nous devons remercier les décideurs du club ainsi que la municipalité d’avoir enclenché cette démarche sur nos installations.
De toute façon, nous sommes dans un milieu hyper concurrentiel. Nous nous devons donc d’être acteurs du futur ou porteurs d’une vison à moyen terme sur les infrastructures afin de continuer à gravir les échelons sur l’échiquier national.
Etre ambitieux ne signifie pas être prétentieux, bien au contraire… je crois que cela nous force tous à constamment se poser la question du : « comment faire mieux ? » ou « qu’est-ce qui pourrait encore évoluer ? » ou « suis-je dans le vrai en proposant cela ? »

Essai de Matthys Gratien avec les Pros

Comment se passent les relations avec le Staff Pro D2, on a vu pas mal de jeunes joueurs évoluer avec les Pros et réaliser de très bonnes prestations, comme Matthys Gratien ou Grégoire Bazin par exemple?
Cette relation va avec l’évolution dont je parlais en amont. Notre club change, progresse et donc je trouve que cette relation avance aussi. Le fait que des joueurs issus de notre formation (Matthys GRATIEN, Grégoire BAZIN, Lucas DYCKE) bousculent les lignes dans l’effectif professionnel donne de la confiance à tout le monde.
Nous fabriquons gentiment nos standards de formation. Je reste persuadé que si nos jeunes joueurs continuent de performer et que d’autres intègrent le plan de succession au sein de l’effectif professionnel alors les relations continueront à progresser. Nous sommes dans une relation donnant/donnant. Il est donc impératif pour nous de continuer à harmoniser les contenus d’entraînements et d’accentuer le suivi de nos meilleurs jeunes éléments.

Peux tu nous parler des jeunes joueurs que vous avez faits venir à Vannes cette saison et comment vous prospectez pour avoir un effectif de qualité?
Le recrutement est réfléchi et organisé en fonction du plan de succession du club. Nous jonglons entre le plan de succession et la construction de nos équipes jeunes. Il est hors de question pour nous, « d’entasser » les joueurs sans qu’ils aient de temps de jeu… ça n’a aucun intérêt.
Dans les jeunes catégories, notre bassin de recrutement est prioritairement centré sur la Bretagne et le Grand Ouest. Nous commençons à rentrer en concurrence avec le Stade Rochelais et le fait d’avoir une Académie Fédérale à Vannes est un argument non-négligeable.
En revanche, au Centre de Formation et en Espoirs, le recrutement est national. Les joueurs peuvent venir de partout. Malgré cela nous avons vu cette année une 1ère vague de joueurs monter de la catégorie Crabos (génération 2001) et c’est très positif. Il semblerait que la « pompe » s’amorce tranquillement. Nous devrions voir arriver l’an prochain en Espoirs une autre vague de joueurs, si tout va bien.
Il faut que nous ayons bien en tête que le meilleur recrutement doit d’abord être INTERNE. Il faut que nous soyons attractifs pour NOS joueurs… qu’ils aient envie de prolonger l’aventure vannetaise le plus longtemps possible en se rendant compte que, ici aussi, le professionnalisme peut être une réalité.
Donc, formons des jeunes joueurs au Q.I RUGBY développé et recrutons uniquement des joueurs sur des profils très particuliers n’étant pas déjà licenciés au club.

Enfin, il faut bien avoir en tête que recruter un joueur, c’est surtout porter un œil attentif à son équilibre scolaire, familial et sportif. Nous sommes en général confrontés à des jeunes en construction sur le plan humain. Aujourd’hui, je crois sincèrement que nous faisons du mieux possible de ce point de vue là. En tout cas, tout le monde au club tente d’être le plus objectif et transparent possible avec les jeunes et leur famille.

 

Un mot sur les jeunes internationaux Français vannetais?
Nous avons la chance, depuis la saison dernière que certains jeunes soient convoqués à des stages nationaux ou en équipe de France. Ils doivent se rendre compte la chance qu’ils ont et surtout être de bons ambassadeurs du RCV. Dans la catégorie Crabos, Mattéo DESJEUX (2ème ligne) et Eric BOUSSARD (ailier) sont ceux qui ont vécu la tournée de cet été en Afrique du Sud. Ils devront refaire leur preuve encore au mois de février et mars afin de connaître de nouveau les joies de la sélection nationale. Le Haut Niveau exige une remise en question perpétuelle et les performances passées doivent être répétées. Valentin GORGE (pilier) et Gabriel CHAMPOISEAU (3ème ligne) doivent avoir cet objectif là aussi. Cette génération 2002 a ce rôle à jouer.
En ce qui concerne l’Équipe de France des Moins de 20 ans, j’espère vraiment que Grégoire BAZIN tirera son épingle du jeu et qu’il pourra s’offrir une belle fin de saison au club et en bleu. Enfin, Alex BENARD a signé un Contrat FFR avec France 7 et nous lui souhaitons de pouvoir accrocher des sélections sur le circuit mondial.
Enfin, pour conclure,  comment vois tu la suite de la saison et quelles sont les évolutions à venir?
Pour la suite de la saison, j’ai envie de voir le verre à moitié plein et d’être optimiste.
Nous avons un vrai coup à jouer avec les Alamercery et les Crabos pour les phases finales. Sincèrement, en qualifiant les 2 équipes ça permettrait à tout le monde d’être récompensé pour l’investissement et surtout nous enverrions un signal fort aux autres clubs. Celui de dire : « ici aussi en Bretagne le rugby existe et sommes capables de jouer les troubles fêtes ».
En ce qui concerne les Espoirs, j’espère que nous allons continuer notre progression et surtout que nous serons dans la course à la montée au mois de mai. La continuité du projet de formation de nos jeunes passe par là.
D’un point de vue personnel pour les joueurs postulant chez les pros, je leur souhaite de continuer à performer et gratter du temps de jeu. Pour ceux qui se rendront en stage national ou en Équipe de France de leur catégorie d’âge, je leur souhaite d’être de digne représentant de nos couleurs en espérant qu’ils répondront aux exigences des encadrements nationaux. Les évolutions à venir vont s’articuler autour de :
discussions avec la municipalité liées à une évolution potentielle de nos infrastructures.
séquences de formation de nos cadres et des cadres d’autres clubs par l’intermédiaire des « RUGBY STUMMAN ».
faire en sorte que notre club soit la locomotive du projet breton.
Et un mot sur les bénévoles
UNE VRAIE ET GROSSE FORCE VIVE AU RC VANNES.
Comment ne pas leur rendre un grand coup de chapeau… Il sont plus de 100 à La Rabine lors des matchs professionnels, une bonne vingtaine quand les jeunes jouent à Jo Courtel le wmeek-end, et je ne parle pas de ceux qui véhiculent nos jeunes à divers rendez-vous.
Alors je vous remercie tous pour votre implication, votre dévouement et espère bien sûr continuer à vous croiser régulièrement au sein de nos équipements. Notre projet ne pourra continuer à exister sans votre soutien car c’est l’ADN de notre club.

 

Merci Florent, le RCV te remercie de tout ton investissement et celui de toute ton équipe

Un Grand Bravo à vous

 

A bientôt

 

L’équipe Communication