Étienne Delangle, l’Homme fort de Bretagne

Étienne Delangle est né à Redon, et ce Breton pure souche a du attendre son retour au bercail pour être reconnu à sa juste valeur.

Il a fait un véritable Tour de France, de Vannes à Ussel, de Clermont à Béziers, et enfin de Dax à Vannes pour enfin prouver tout son talent.

Véritable poutre du pack Morbihannais, au delà du joueur, Étienne donne beaucoup à son club, en s’investissant pour s’occuper des jeunes et aussi du site Internet.

Interview…

etienne2

1/ Comment es tu venu de l’aviron au Rugby, toi le natif de Redon?
Je suis venu au rugby grâce à un pote qui faisais de l’aviron et qui jouait au rugby aussi. Son père est Béarnais et sa mère anglaise, forcément comme j’étais un peu lourd à l’époque ils m’ont dit d’essayer le rugby. Tout est parti de là

2/ Parles nous de ton parcours où tu as pas mal voyagé, de Vannes à Vannes en passant par un petit tour de France?
Ce Tour de France du rugby a commencé à Redon en 1995 jusqu’en 2002.
Puis Vannes 2002-2003.
Le pole espoirs d’Ussel  2003-2004.
L’ASM Clermont Auvergne 2004-2010 avec des Sélections France universitaire contre l’Écosse, l’Angleterre et l’Irlande avec un titre de Champion de France universitaire 2009 et aussi Cchampion de France Espoirs 2010
2010 à 2012 Béziers, Champion de France fédérale 1 en 2011 et une année en Prod2
2012-2013 Dax
2013- …. Vannes (avec la montée en 2016)

3/ Tout n’a pas toujours été facile pour toi, quel a été le déclic à ton retour à Vannes en 2013 après certaines difficultés rencontrés à Béziers et Dax?
Ce qui m’a fait partir de Béziers était la relégation sportive (Au final maintien de Béziers grâce à la relégation sportive de Bourgoin). J’avais 24 ans et l’opportunité de rester en Prod2 en partant à Dax. Mais j’aime beaucoup le club de Béziers, les années passées là bas sont d’excellents souvenirs. A Dax, ce fut plus compliqué. Je suis arrivé avec le statut de remplaçant sans parvenir à changer cela. Une certaine lassitude s’est installée et malgré un changement d’entraineurs pendant la saison, mon statut est resté le même. J’étais en contact tous les ans avec Vannes et leur appel est arrivé au moment au j’étais au creux de la vague ce qui m’a convaincu de revenir.

4/ Quel souvenir garde tu de ta sélection en France Fédérale avec Kevin Burgaud?
Un excellent souvenir et surtout une énorme surprise. J’avais fait le stage l’année précédente avec Clément (Payen) et Kévin mais pas retenu pour les sélections. Avec une grosse rotation de la sélection l’année dernière je pensais avoir plus de chance mais pour le 1er match douche froide, pas retenu contre l’Irlande. Du coup, je n’y croyais plus mais surprise au moment de l’annonce du groupe pour l’Angleterre mon nom est apparu. Nous avons lourdement perdu mais ce fut une fierté de porter ce maillot pour la 1ere fois

etiennekevin

Étienne avec Kevin

5/ Après trois ans en fédérale, tu retrouves la Pro D2, quelle a été son évolution depuis tes passages à Béziers et Dax?
Je trouve la Prod2 étrange cette année.

Les très grosses écuries semblent ne pas parvenir à prendre l’avantage facilement sur les rencontres et au classement. Tout en restant très mesuré après seulement 5 rencontres… Mais le niveau et le rythme changent du tout au tout. C’est une demi finale d’accession tous les weekend.

6/ Tu as joué 80 minutes lors de quatre matches (avec un petit repos à Bourgoin), comment physiquement as tu pu jouer à ce niveau pendant tout le match?
Nous avons fait une très bonne prépa avec une reprise en Juin. Ceci a été déterminant. Les autres années la montée en Prod2 se faisait en juin et l’obligation d’avoir un mois de coupure entre la fin du championnat et la reprise des entrainement. Ce changement nous a permis de très bien se préparer à l’instar de toutes les autres équipes de Prod2

7/ Quelle a été l’équipe la plus rude rencontrée depuis le début de saison?
Je dirais Perpignan car ils nous ont proposé un jeu basé sur l’affrontement et le défi physique.

8/ Toi le Breton, fier de cette équipe du RCV je suppose?
Fier comme un breton et surtout de voir que le rêve de la montée ne s’est pas transformé en cauchemar au début de saison. L’équipe, le stade, le public, tout cela est propice à faire une saison extraordinaire.

9/ Après le premier bloc de cinq matches, comment juge tu le parcours du RCV ?
Nous faisons un très bon premier bloc avec des victoires, et des points pris à chaque match. Nous devons garder la même exigence de travail et de résultat tout au long de l’année ce sans quoi nous pouvons rapidement descendre au classement. Nous ne nous enflammons pas et nous restons vigilants à chaque match.

10/ Un petit mot pour les supporters de La Rabine?
C’est un public formidable de plus en plus nombreux qui suit son équipe,. C’est toute la Bretagne qui se retrouve à la Rabine. Leur soutien nous permet de renverser des matchs mal embarqués (Agen, Perpignan) Plus que jamais le 16e homme.

Merci et rdv le 14 contre Narbonne.

etiennealbumsouvenir

Album Souvenir d’Étienne

etienne3

Premier match de la saison contre Montauban

Match International joué par Étienne

Vendredi 11 mars 2016 au Blackheath FC Rectory Field (Londres), Angleterre-France 32-3 (mi-temps : 17-3)
ANGLETERRE : Wilcox – Stokes, Burcham, Rodwell, Fielding – (o) Tarrant, (m) Stuart – Davies, Broadbent, Laughlin (cap) – Kench, Makin – Seal, Cowan-Dickie, Brown
puis Miles, Davison, Beelesey, Baldwin, Walsh, Daynes, May, Sutherland
FRANCE : Moinot – Ouchene, Bonvalot, Burgaud, Lafitte – (o) Guenin, (m) Dubert (cap) – Gateau, Costanzo, Giraud – Delangle, Kahn – Kwarazfelia, Rodriguez, Martinez
puis Trassoudaine, Berhabe, Etchegaray, Dessis, Tauzin, Le Bourhis, Quiniou, Anies