Départ du RCV de Eric Fry et Fredrick Hickes

Après avoir vécu avec intensité et combativité les quatre saisons de Pro D2 du RCV, Fredrick Hickes (Fidji) et Eric Fry (USA) quittent Vannes.

Joueurs importants au sein de notre équipe, nous saluons leur parcours et souhaitons à chacun d’eux une pleine réussite dans leurs futurs challenges.

Eric Fry

Né le 14/9/87 à Davis (Californie, États-Unis) – 36 ans
Pilier International américain qui a connu différents clubs durant sa carrière.
2009-2011 : Las Vegas Blackjacks RFC – 2012 : Manawatu – 2012-2014 : London Scottish – 2014-2016 : Newcastle Falcons – 2016 : Express de Sacramento – 2016 : Sporting Nazairien Rugby – Depuis 2016 : RC Vannes

Eric évoque toujours un « long voyage» pour décrire son aventure rugbystique.« Je jouais à l’université de Berkeley et j’ai fait une pige à Las Vegas. Je suis parti en Nouvelle-Zélande, où j’ai joué, ce qui m’a donné assez de crédibilité pour après rejoindre l’Angleterre. Après un petit retour aux Etats-Unis. Mais je voulais venir en France depuis un moment et j’avais chargé mes agents de regarder ça. Saint-Nazaire alors en Fédérale 1 avait été la seule opportunité qui s’était présentée. Et quand Vannes a eu un pilier blessé, ils m’ont trouvé … ».

À son arrivée, Eric ne parlait pas français. « C’était compliqué. Mais, une des raisons pour lesquelles je voulais venir, c’était pour expérimenter une autre culture et pour apprendre une autre langue. J’ai même dû me mettre au breton, car c’était la langue utilisée pour les combinaisons en touche ! ».

Durant ces quatre années passées en Bretagne, Eric a porté fièrement les couleurs bretonnes et deviendra vite l’un des joueurs adulés du public; il eût le bonheur de participer à la Coupe du Monde en 2019. Parti au Japon avec la sélection américaine pour y jouer sa 3ème Coupe, il y rencontrera l’équipe de France – « Ce sera un match très spécial pour moi. Cela fait trois ans que je suis en France, que je suis immergé dans cette culture. C’est vraiment excitant d’affronter le pays dans lequel je vis ».
Et notre pilier fût présent en mêlée et dans le combat, l’une des ses principales caractéristiques en match. Et c’est d’ailleurs quand il laissa sa place que les Français prirent le dessus sur les Américains.

À Vannes, Eric aimait aussi l’esprit du Rugby et sa troisième mi-temps. « Ce n’est pas un mythe. Après un match, j’ai toujours apprécié cette chaleureuse ambiance avec les supporters du RCV et mes coéquipiers « .

4 saisons à Vannes, 45 matchs et 3 essais.
Eric devrait retourner aux USA. Good Luck to you Eric !

Fredrick Hickes


Né le 17/07/92 (Fidji) – 27 ans
Fredrick parle de ses débuts: «J’avais 9 ans. Je jouais avec mes copains à l’école. Le rugby, c’est le sport national aux Fidji ».

Très athlétique, Fredrick mesure 1m83 pour 94kg et est arrivé à Vannes en novembre 2016, en qualité de joker médical d’Aloisio Butonidualevu.
International avec les -20 ans (Fidji A, 6 sélections), ce centre évoluait dans le club de Nadi, équipe fidjienne qui a formé Joe Rokocoko, emblématique All Black que Fredrick admire. «Joe Rokocoko ?!. Il est aussi né aux Fidji, même s’il a joué avec les All Blacks. Il vient de prendre sa retraite après avoir fini sa carrière au Racing 92. Il était rapide, intelligent et humble ».

Il s’est épanoui et s’imposa par sa puissance au centre de la ligne de trois-quart dans le club Breton. Avec le souvenir de ses essais et de cette fabuleuse action collective contre Bayonne à La Rabine, avec son relais, sur une percée de Vosawai depuis la ligne d’en-but et conclu par Lutamailagi. Un essai 100% Fidjien !

Pour Fredrick, son meilleur et pire souvenir. «Le meilleur, c’est quand j’ai joué avec l’équipe nationale espoir des Fidji, à 22 ans. On avait gagné deux tournois, dont les championnats du Pacifique. Le pire, c’est le match contre Oyonnax, il y a un an, où je me suis blessé sérieusement à la cheville ».

Très apprécié de ses coéquipiers qui le décrivaient comme un joueur très puissant et dur sur l’Homme, c’est un joueur également habile et véloce, sur lequel on pouvait compter. «Avec en plus une joie de vivre qui caractérise bien les fidjiens ».

4 saisons à Vannes,
62 matchs et 11 essais

Crédit photos Michel Renac – Damien Kilani.
Merci.