Biarritz – Vannes la chronique de Jackie

Un match frustrant…


… Dans tous les sens du terme : perdre d’un point après avoir mené durant 75 minutes, de nombreuses touches perdues, une mêlée en souffrance, de nombreuses fautes de main.

Malgré tout, dès la 5ème minute, Vannes prend l’avantage grâce à Kévin Bly sur un contre (0 – 7).
Mais ce sera la seule action déterminante de cette 1ère mi-temps.
Les deux équipes n’osent se découvrir, multiplient les approximations. Si la défense vannetaise est présente, impossible d’attaquer lorsque l’on perd ses ballons en touche !
Même si un joueur ne peut résoudre les problèmes seul, Hugh Chalmers semble bien manquer…
La sirène signale la fin d’une mi-temps, bien insipide.
Certes, Vannes mène 3 à 7, mais les supporters vannetais sont loin d’être rassurés. Impossible d’imaginer une suite aussi timorée. La clé de la victoire sera dans les mains de l’équipe qui trouvera « la pédale de l’accélérateur ». Grande question : laquelle ?

Une 2ème mi-temps moins lénifiante
49′, une nouvelle contre-attaque vannetaise initiée par Laijiasa Bolenaivalu suivi d’Éric Marks, permet le doublé de Kévin Bly (B 6 V 14).
On commence à croire en une 3ème victoire à Aguiléra. Nos joueurs retrouvent de la confiance. Le match aurait presque été « plié », si le 3ème essai de l’inarrêtable Kévin Bly avait été accordé, quelques minutes plus tard.
62′ Une mêlée bretonne dans les 22 biarrots nourrit tous les espoirs bretons. Grrr… Vannes est encore pénalisé !
Renversement de situation lorsqu’une énorme « cocotte » basque remonte près de 50 m.
L’arbitre sanctionne Dan Tuohy, d’un carton jaune (65′)
Il n’en faudra pas plus pour laisser les Basques revenir dans le match : 2 essais en 10 minutes
11 – 14, 67′. Jules Le Bail a recollé au score (11 – 17, 71′) mais la botte de l’ex Bayonnais, du Plessis, nous crucifie (18 – 17, 75′)
Le retour de Dan Tuohy va-t-il remettre les pendules à l’heure ? Non hélas.
Score final : 18-17

Une défaite d’autant plus décevante que le score nous était favorable jusqu’à 5 minutes de la fin, mais le point de bonus défensif ne sera pas négligeable en fin de saison.
Nos joueurs ont montré plus d’engagement qu’à Carcassonne. On peut espérer que les performances iront crescendo, car la réception d’Oyonnax vendredi 6 septembre, à La Rabine, ne sera pas une sinécure.
Le public breton aura plaisir à retrouver et soutenir, enfin, son équipe.