Bayonne – Vannes, la chronique de Jacky

Le RCVannes aime faire douter les « grosses » équipes

Car, malgré les défaites, les points de bonus ramenés d’Oyonnax, de Mont de Marsan et, une nouvelle fois, de Bayonne nous rassurent quant à la capacité de notre équipe à voyager.
Une fois encore, nous étions « le Petit Poucet » face à un ex-pensionnaire du Top 14, 5ème du championnat avant la rencontre. Bayonne, invaincu à domicile et 3 bonus offensifs…
Mais désormais, le credo est : « chaque rencontre remet les compteurs à zéro ».
C’est donc, forts de cette réflexion que nos joueurs réalisent une très bonne entame de match.
Occupation du terrain, multiplication des temps de jeu, seulement la défense bayonnaise est intraitable.
Lorsque notre hôte du jour se fait menaçant (21′), les barbelés bretons sont tout aussi infranchissables.
Il faudra, donc, attendre une pénalité en faveur des Basques, qui nous infligent une grosse mêlée, pour voir le compteur se débloquer (3 – 0, 24′)

Percée de Fartass Photo M.Renac

Mais 2 minutes plus tard, une excellente percée de Faraj Fartass, permet à Anthony Bouthier (qui joue 10 aujourd’hui) de taper une diagonale à destination de Gwénaël Duplenne : essai ! (3 – 5, 27′)
Nos joueurs ne vont rien lâcher et continuent dans leur engagement lorsqu’à la 38′, une feinte de passe bayonnaise de leur ouvreur, amène leur centre à dame.
Mi-temps : 10 – 5
Rien n’est joué. Notre équipe est en place, contre efficacement les Bayonnais, suspense total…
La seconde mi-temps verra un duel de buteurs (Jules Le Bail, côté vannetais) : 10 – 8 (43′), 13 – 8 (50′), 16 – 8 (62′).
À ce moment, nous sommes sortis du bonus défensif, hypothèse impossible à envisager tant nos joueurs sont constants dans leur engagement.
Une pénaltouche à 5 m (63′) nourrit tous les espoirs, en vain.
Lorsque Bayonne est à nouveau sanctionné, Ashley Moeke, (rentré en 10 tandis qu’Anthony Bouthier est repassé en 15), nous ramène dans le bonus défensif : 16 – 11 (68′), puis 16 -14 (75′).
Il ne reste plus que 5 minutes, allons-nous réussir l’exploit ?
Non, nous tremblons même, lors de la dernière minute, lorsque Bayonne pilonne notre ligne d’en-but, en vain. A la sirène, Willie Du Plessis, l’ouvreur bayonnais est en position pour tenter un drop, mais il tape en touche.
Fin des débats : 16 -14
Vannes obtient un bonus défensif très mérité, Bayonne a tremblé, mais gagne.
Un extrait de commentaire de Yannick Bru, le manager bayonnais, qui remue un peu le couteau dans la plaie : « Vannes est une très bonne équipe, qui n’aurait jamais dû perdre contre Montauban »