Anthony Bouthier vu par Goulven Le Garrec

– Interview ciblée –

Goulven Le Garrec

 

 

Photo Michel Renac

Goulven, toi qui as travaillé avec Antho durant 3 saisons, notamment sur les Skills, peux -tu nous parler d’Antho et de ses prestations en équipe de France? 
Goulven :
Je n’aurai certainement pas la prétention de dire que j’ai travaillé les skills (les aptitudes techniques) d’Antho Bouthier mais j’ai, en revanche, beaucoup de plaisir à parler de « ses skills ».
Antho, je ne connais pas tout de son enfance, mais je pense qu’il s’est d’abord construit tout seul à force de travail et d’intelligence.
Intelligence dans son observation pour puiser, un peu partout, ses inspirations.
Ses qualités n’ont pas encore été toutes vues au niveau international, mais enfin, on a encore une fois vu à Cardiff un joueur serein avec une magnifique intervention (après une réception haute sur le 3ème rideau) dans le côté fermé avec une passe sautée magnifique (passe « laser » : avec le bon appui de poussée au sol et le bon regard orienté (ce que je me plais à répéter à l’envie aux joueurs sur ce type d’exercice).
Passe qui amène le 1er franchissement de G.Fickou au bord de la touche et qui permet à l’équipe de lancer son match, d’être dans l’avancée et de se mettre en confiance.
Une minute plus tard, il a ensuite une infiltration entre 2 défenseurs (comme il nous en a régalé depuis la Fédérale 1) suivie d’une passe au contact pour V. Vakatawa qui aurait pu amener au plus bel essai du tournoi (passe au pied de R. Ntamack pour Fickou pour conclure l’action). Malheureusement léger en-avant mais c’est Antho qui est le déclencheur de ce jeu en continuité debout, que nous avons souvent essayé d’encourager au club.
Deux minutes plus tard, il a cette intelligence de placement axial à la retombée de la lutte aérienne de T.Thomas sur Halfpenny où le ballon lui revient dans les mains pour son 1er essai international.
Il ne s’agit pas d’opportunisme mais bien d’intelligence. Il a vu que 4 joueurs (2 français et 2 gallois étaient à la lutte en l’air et lui, a su garder la bonne distance et le bon axe de course).
L’intelligence dans la vie a plusieurs formes. Antho est un ingénieur ou un génie (comme vous voulez).
Pour l’anecdote, l’an passé, je lui ai fait (ainsi qu’à Chris Hilsenbeck) un montage sur les attitudes de Finn Russell du Racing92, car j’avais la conviction qu’il pouvait  y piocher des trucs, qu’il pouvait être ce type de joueur : instinctif, capable de créer des déséquilibres par des feintes de corps, des feintes de gestes, des fausses indications, et qu’il fallait continuer à oser (malgré parfois des échecs…)
Il me bluffe bien évidemment, par sa capacité d’adaptation. Il joue le tournoi comme il jouait en Fédérale 1. Il joue au rugby quoi ! (Rires). C’est la marque des grands, tout simplement.
La seule grosse évolution au final, c’est que je ne l’ai pas vu redonner ces 1 ou 2 ballons faciles que parfois il redonnait à l’adversaire sur des matchs de ProD2 (sa spéciale « petit par-dessus » en contre-attaque (rires) qui nous faisait parfois râler en tribune (mais qu’on oubliait vite quand, derrière, il avait enchaîné 12 autres actions positives !!) (rires).
Au final, quand tu analyses un match de F. Russell, de Beauden Barrett, c’est pareil…
Ce sont des joueurs qui répètent tellement d’actions dans un match qu’il peut y avoir un peu de déchets mais ce sera compensé par beaucoup d’autres, souvent décisives.
Là, il a donc encore, franchi un palier au niveau international dans la « mesure » de ses initiatives.
Chaque match aura sa physionomie et il pourra avoir du déchet mais il doit garder ses convictions.
Un dernier point : on a vu son ogive sur son jeu au pied contre les Anglais, il a encore bien alterné jeu au pied long dans les espaces et jeu au pied haut de pression contre les Gallois.
Ce que je veux surtout évoquer pour conclure, c’est ce qu’on ne voit pas. Ce sont ses interventions défensives. D’abord sa communication permanente pour fermer le couloir extérieur avec ses ailiers, c’est cette bulle défensive qu’il fait autour de Tompkins (13 Gallois qui franchit ) sur la dernière action du match, qui permet avec A.Vincent et C.Chat de récupérer le ballon au sol.
Contre les Anglais en fin de match (alors que ça revenait très fort) j’ai en mémoire un gros placage qu’il fait à 5m de sa ligne sur Joseph lancé comme un avion et stoppé à 5m de la ligne. Anthony, c’est aussi ça : un gros défenseur. La ProD2 l’a endurci dans ce registre comme on voit, par exemple, Pierre Popelin progresser énormément dans ce registre depuis son arrivée.
Anthony est un joueur complet qui s’est construit seul. Je pense que le club de Vannes (avec les discours et l’environnement) l’a encouragé à exprimer toutes ses qualités et à tenter, à être dans l’initiative et à répéter les actions.
C’est ce type de climat de confiance qui aide un joueur à progresser, je pense.
Avec X.Garbajosa et F.Galthié , je pense qu’il est dans la continuité et c’est ce qui explique son adaptation rapide à mon avis.
Il ne joue pas avec le frein à main!
Vivement le prochain match.