Andrew Cramond, le Scottish Breton

Andrew Cramond, le Scottish Breton

Photo Michel Renac

Andrew Cramond est écossais, originaire d’Edinbourg.
Comme beaucoup de ses compatriotes, il a touché à tous les sports tout jeune, dès l’age de 3 ans.
« La semaine, je jouais au Tennis et au golf, le samedi au Foot et le dimanche au Rugby à partir de 7 ans »
Ce deuxième ligne débuta pourtant au Rugby à d’autres postes.
« J’étais le plus grand, mais je jouais demi de mêlée, puis centre, numéro 8 et j’ai même joué pilier gauche  »

Se fixant en deuxième ligne, Andy fut rapidement remarqué après sa sélection en équipe d’Écosse en U18, il rencontra d’ailleurs la France à Madrid.
« Je suis allé ensuite jouer à Aberdeen, en Premiership.

Il n y a que deux clubs pros en Écosse qui jouent la ligue Celte.
La Premiership (la Ligue en Écosse) est amateur, je ne pensais pas devenir Pro, mais c’est là que j’ai été contacté par Toulon pendant le 6 nations U20. »

Départ tout jeune dans le Var à 20 ans.
« Je me suis rapidement adapté, c’est vrai que j’étais bien entouré avec Bakkies Botha, Ali Williams et Steffon Armitage. Je m’entrainais avec les pros la semaine, puis le jeudi et vendredi avec les Espoirs.
J’ai joué avec le RCT en TOP 14 à Brive, c’était formidable pour moi.
Ali Williams et Steffon Armitage m’ont pris sous leur aile, et j’ai bien sûr beaucoup appris dans cet environnement.
J’ai fait quelques matches avec les pros, puis Carl Heymans qui entrainait les avants de Pau a fait appel à moi et j’ai fait une demi-saison à Pau, puis ensuite à Gloucester. »

Andy allait arriver à Vannes fin Octobre 2017
Jean-Noël Spitzer le présentait ainsi
« Deuxième ligne polyvalent flanker 24 ans. International U20 écossais. JIFF après 3 ans au centre de formation du RC Toulon. Andrew est un joueur mobile et sauteur avec une grosse capacité de travail. Il évoluait cette année à Gloucester après un prêt à Pau. Il sera le joker médical de Javier Lagioiosa. »

Victoire à Aurillac Photo Michel Renac

Andy revient sur son arrivé au RCV.
« Je suis arrivé un mardi, je me suis entraîné le mercredi et nous nous sommes ensuite rendus à Colomiers. Un long voyage en bus pour me souhaiter la bienvenue en Bretagne. Aussi loin que toutes les autres équipes quand je jouais à Toulon <sic>.
J’étais le 24e homme, je me suis réchauffé avant le match, puis j’ai regardé le match depuis les gradins. J’ai partagé une chambre avec Sunia Vola. et heureusement que je ne jouais pas, car je ne dormais pas. Sunia ronfle très fort !!!
Certains de mes coéquipiers m’ont emmené ensuite pour profiter de la vie à Vannes, une fois de retour de Colomiers. Vous apprenez à mieux connaître les gens en partageant quelques verres!
La semaine suivante, nous avons joué à Montauban et, encore une fois, j’étais le 24ème homme. Mais j’ai pu ressentir l’ambiance de La Rabine !!! La cornemuse !!! Expérience incroyable pour moi, écossais.
La semaine suivante, j’ai disputé mon premier match au RCV à Grenoble et à partir de là, j’ai réussi à gagner ma place dans l’équipe, ce qui m’a permis d’avoir beaucoup de temps de jeu et de progresser en tant que joueur. Ma confiance en moi s’est améliorée car j’avais l’impression de faire partie intégrante de notre équipe. »

Andy malgré la difficulté a apprécié la victoire contre Massy

Andy contre Massy photo M.Renac

« Nous avions parlé des dangers de la venue de Massy dernier au classement. Comme Carcassonne la saison dernière, nous ne pouvions pas les sous-estimer.
Nous avons commencé un peu sur le reculoir, Ils nous ont mis la pression très vite et nous avons eu du mal à avoir le ballon en première période. Cependant, nous avons réussi à bien défendre et les empêcher de marquer trop de points.
Ensuite, après le repos, nous avons réussi à contrôler un peu plus le ballon et le jeu et avons dominé le match. Ce n’est pas notre victoire la plus convaincante ni notre meilleure performance, mais il est important de pouvoir gagner de tels matchs, même lorsque nous ne jouons pas à notre meilleur niveau. »

Andy insiste sur le soutien du public de La Rabine dans ces moments difficiles.

« Le soutien des fans était incroyable, comme d’habitude. L’ambiance quand il y a un gros placage ou une bonne course est géniale, et vraiment motivante de vouloir recommencer!

Vive La Rabine »

Andy est maintenant un vrai Breton, Vannetais pur jus, et parle parfaitement le Français.


Il apprécie sa vie à Vannes.
« Je me sens en Bretagne plus chez moi qu’à Toulon. Le temps est un peu plus normal pour moi qu’en Méditerranée. Il faisait trop chaud pour moi là-bas!

Et c’est beaucoup plus à l’aise de jouer au rugby sous la pluie.« <sic>

 

En tout cas Andy, ici, tu es apprécié non seulement pour tes qualités de Rugbyman, mais aussi pour tes qualités humaines,
un vrai Breton….Scottish!

 

Photo Michel Renac