A la découverte de Maëlan Rabut

Interview de Maëlan Rabut

Maëlan Rabut arrive de Massy, ce jeune arrière de 22 ans très prometteur est en train de mettre les bouchées doubles pour rejoindre bientôt la compétition suite à sa blessure de la saison dernière.

Avec Massy, il a été  la «Grosse satisfaction de la saison» comme l’a déclaré  Stéphane Gonin, entraîneur des lignes arrières massicoises.

Interview

Maëlan au PUC Crédit photo MR

1/ Tu as commencé tout jeune le rugby au PUC, pourquoi avoir choisi ce sport et comment s’est passé ton apprentissage dans ce club formateur de la région parisienne ?
J’ai commencé le rugby en Mini poussins, à l’âge de 6 ans. Mon père a joué au rugby, j’ai été naturellement attiré par ce sport. Le PUC est un club qui a formé beaucoup de grands joueurs. Je pense que les entraineurs et l’identité de jeu du club permettent aux jeunes joueurs de s’épanouir et de progresser pour atteindre le haut niveau.

2/ Rapidement, tu t’es fixé à l’arrière, qu’est ce qui t’a plu le plus dans ce poste ?
Le poste d’arrière est un poste à responsabilité, que ce soit en défense, sur le jeu aérien et dans la gestion du match. J’aime avoir la possibilité d’intervenir dans la ligne, d’organiser les attaques et jouer les relances du fond du terrain. C’est un poste multidimensionnel

3/ Ensuite, tu es parti à Massy en Crabos, autre club formateur parisien, quels sont les entraîneurs qui t’ont mis le pied à l’étrier ?
En arrivant à Massy, mon premier entraîneur a été Ivan Dury, ancien arrière de formation. Il m’a transmis ses connaissances sur le poste et sur sa vision du rugby. Il m’a permis de progresser à différents niveaux. Massy se base sur la formation de ses jeunes, les différents entraîneurs et encadrants que j’ai pu côtoyer sont tous compétents et m’ont fait prendre conscience des enjeux du rugby de haut niveau.

Maëlan avec Massy, Crédit Photo JM Fondeur

4/ Tu as connu la montée de Massy en Fédérale 1, puis tu t’es révélé en PRO D2, peux-tu nous parler de ce championnat et des arrières que tu as rencontrés et qui t’ont impressionné ?
La PRO D2 est un championnat long et homogène, avec des matchs décisifs tous les Weekend. Évidemment, Anthony Bouthier a été l’un des arrières les plus impressionnants que j’ai pu rencontrer. Je citerai aussi Thomas Girard, arrière de Colomiers (anciennement Massy), qui m’a pris sous son aile, avec qui nous avons beaucoup échangé, et qui a réalisé une saison assez exceptionnel avec Massy pour assurer le maintien du club (2017-2018).

Maêlan avec Massy Crédit PhotoJM Fondeur

5/ Parallèlement, tu as suivi des études avec l’obtention d’une licence Staps en management, quel métier te plairait après le Rugby?
Je suis actuellement en Master en e-learning à l’école de commerce de Grenoble (GEM). J’ai choisi un cursus qui m’offre beaucoup de débouchés, pour m’assurer un avenir après le rugby sans en avoir encore définit clairement les contours.

6/ Qu’est ce qui t’a fait choisir le RC Vannes que tu as rencontré la saison dernière alors que tu étais sollicité par des clubs de TOP 14?
Le RC Vannes est un club en pleine expansion, qui suscite un engouement dans toute la région. Le club ne cesse de croître, tout en conservant un esprit humain et familial. Les ambitions et le projet du club m’ont aidé à faire mon choix. Les échanges avec les entraîneurs m’ont conforté dans mon choix. De plus, les supporters du club et l’ambiance de la Rabine sont autant d’atouts supplémentaires qui m’ont poussé à choisir ce club.

7/ En attendant de retrouver toutes tes aptitudes suite à ta blessure, comment se passe ta préparation de début de saison et comment trouves tu les installations du RCV?
Nous avons repris l’entrainement depuis le 17 juin. L’intégration s’est bien passée. Le cadre de travail est agréable, avec des infrastructures et un staff de qualité favorables à la progression collective et individuelle des joueurs. L’équipe travaille dur pour être prête pour les premières échéances. Ma blessure est en cours de guérison, et il est important pour moi de fournir des efforts intenses et réguliers pour retrouver l’intégralité de mes capacités

8/ Région Parisienne vers Bretagne, qu’est ce qui te séduit le plus dans le Morbihan?
C’est un cadre de vie qui me change de la région parisienne, mais je pense que c’est un privilège de pouvoir vivre dans une région proche de la mer, avec une culture propre, des gens sympathiques et accueillants. Je profite de mes temps libres pour découvrir les beautés du Golfe.

On t’attend avec impatience, et Belle Saison au RCV!

Crédit Photo Killarney